Skip to content

Jean XXIII, le « bon pape »

Publié par jeunescathos le 14 avril 2014 - A la Une, Canonisations, Événements, Vie de l'Eglise, Vocations

Canonisé avec Jean-Paul II le 27 avril à Rome où des centaines de milliers de fidèles sont attendus pour la cérémonie, Jeunes Cathos blog a souhaité mieux connaître qui était Jean XXIII et a demandé à Geneviève Comeau, religieuse Xavière, de nous en dresser un portrait. Malgré la brièveté de son pontificat (1958-1963), il a marqué l’histoire de l’Eglise notamment par l’ouverture du Concile Vatican II en 1962.

Jean-XXIII - dessinOn ne l’appelait pas « Jean XXIII », mais simplement « le pape Jean », et même « le bon pape Jean ». Il n’y avait pas alors de réseaux sociaux, pas de Facebook ni de Twitter, pourtant le pape Jean était connu et aimé de beaucoup de monde, y compris en dehors de la sphère catholique ! Sa chaleur humaine, sa bonté et sa simplicité évangéliques, son attention aux plus petits, lui ouvraient toutes les portes.

Il est né en 1881 en Italie, dans une famille modeste de paysans de Bergame. Il entend très tôt l’appel à devenir prêtre. Dans son ministère de prêtre, ses qualités relationnelles sont assez vite remarquées ; à l’âge de 40 ans, il est envoyé en Bulgarie, pays à majorité orthodoxe, comme visiteur apostolique.

A l’époque, l’œcuménisme n’était pas encore développé, les relations entre catholiques et orthodoxes n’étaient pas faciles, mais celui qui s’appelait alors Mgr Angelo Roncalli s’en tire avec beaucoup de finesse.

Mgr Angelo RoncalliAu bout d’une dizaine d’années, le pape le nomme délégué apostolique en Turquie ! Cette fois, c’est à la fois les orthodoxes et les musulmans qu’il va rencontrer ! En 1944 il devient nonce apostolique à Paris ; c’est un des postes les plus prestigieux de la diplomatie vaticane.

Ce nonce pas tout à fait comme les autres écrit dans son Journal intime : « Je laisse à d’autres les excès de la finesse et de la prétendue habileté diplomatique, et je continue de me contenter de ma bonhomie et de ma simplicité de pensée, de parole et de comportement. En somme, les choses tournent toujours à l’avantage de celui qui reste fidèle à la doctrine et aux exemples du Seigneur. »

Encore une dizaine d’années après, le pape Pie XII le nomme patriarche de Venise. Son goût pour la pastorale se déploie dans ce diocèse. Il sait se faire proche de tous, des grands de ce monde comme des petites gens.

Le 9 octobre 1958, Pie XII meurt. Le cardinal Roncalli arrive à Rome avec les autres cardinaux pour le Conclave. On ne sait pas ce qui va se passer, aucune personnalité incontestable ne domine…

Pape Jean XXIII sur son trône. Ciric/KNA-Bild

Pape Jean XXIII sur son trône. Ciric/KNA-Bild

Le 28 octobre 1958 Angelo Roncalli est élu ; il a 77 ans ; on pense que ce sera un pape de transition, c’est un homme bon et paisible… Personne ne se doute alors des surprises qui vont venir…

Il a en effet surpris tout le monde : par le choix du nom de Jean, qu’aucun pape n’avait plus porté depuis le XV° siècle, et par l’annonce (25 janvier 1959) d’un Concile auquel personne ne s’attendait, et qui devait apporter un renouveau spirituel pour l’Eglise et pour le monde.

Pendant la préparation du Concile et la première session (la seule à laquelle il a pu assister), sa confiance en l’Esprit Saint est très impressionnante : au lieu de prendre toutes sortes de mesures et de précautions pour que le Concile se passe comme il le souhaitait, il a préféré faire confiance à ce qui allait sortir des débats, des rencontres, du travail des Pères conciliaires.

Outre le lancement de Vatican II, Jean XXIII a eu à cœur deux autres domaines qui ont marqué son pontificat : l’unité des chrétiens, et la paix dans le monde (voir son Encyclique Pacem in terris : La paix sur la terre).

Vatican II s’ouvre le 11 octobre 1962. Le « bon pape Jean » meurt le 3 juin 1963.

Geneviève Comeau, religieuse xavière, professeur en théologie fondamentale au Centre Sèvres à Paris.

Voir aussi :
Dossier canonisations Jean XXIII et Jean-Paul II
Prière de Jean XXIII « Rien qu’aujourd’hui »
Jean-Paul II

DVD Le bon pape Jean XXIIIUn DVD pour mieux connaître Jean XXIII

« Le bon pape Jean XXIII, le pape du peuple »

Il voulait être un prêtre ordinaire. Il a changé la face de la terre pour toujours…
1958, Pie XII vient de rendre l’âme. Comme les autres cardinaux, Angelo Roncalli, patriarche de Venise, se rend à Rome pour le conclave qui doit choisir le futur pape. Il n’imagine pas être élu, il ne le veut pas non plus : c’est un homme simple, sans ambition. Mais le conclave peine à trouver un successeur à Pie XII, aucun des favoris ne parvient à s’imposer. Certains cardinaux influents commencent alors à parler de Roncalli… Après son élection qui en étonne plus d’un, Jean XXIII crée à nouveau la surprise : convoquer un concile en vue de renouveler l’Église. Il s’engage aussi dans la politique de son époque, marquée par la rivalité entre l’URSS et les USA, infatigable promoteur de la paix. Pour la première fois, un pape s’adresse aux non-catholiques, à « tous les hommes de bonne volonté ». Surtout, enfin, il devient le « pape du peuple », un pape proche des gens. Quand il meurt le 3 juin 1963, après seulement quatre années de pontificat, il a marqué durablement et en profondeur l’Eglise et le monde, laissant un souvenir immense.

Source : La Procure

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !