Skip to content

Des jeunes du Secours Catholique engagés dans la solidarité

Publié par jeunescathos le 29 septembre 2014 - A la Une, Engagements, Vie de l'Eglise

La première Université d’été du Secours Catholique a réuni du 28 au 31 août près de 170 jeunes bénévoles à Saint-Malo sur le thème « Tous engagés, tous solidaires ». L’occasion d’échanger sur ce qui les anime dans leur engagement et de partager leurs expériences. Sabrina, 28 ans, est bénévole à Epinal.

Université d'été Bénévoles St MaloCe qui m’a motivée à aller à l’Université d’été du Secours Catholique était de pouvoir faire connaitre à d’autres jeunes l’expérience du bénévolat.

Personnellement, si j’avais su plus tôt que cela existait, je me serai engagée depuis longtemps ! Y a pas plus beau que le bénévolat pour redonner goût à certains jeunes !

Moi qui étais un peu réticente au début à aller à l’Université d’été, j’y ai beaucoup reçu. Le témoignage du père Riton (Henri Gesmier), ancien éducateur auprès des jeunes à la prison de Fleury Mérogis, m’a beaucoup touchée. Dans sa relation avec certains prisonniers, cela m’a rappelé mon histoire.

Du baptême au bénévolat au Secours Catholique

10603779_10152470464254900_4872231234013339233_nC’est un peu ce que le prêtre de ma ville a fait pour moi, grâce à qui je suis devenue bénévole au Secours Catholique. Il m’a longuement reçue pendant mon catéchuménat pour préparer mon baptême (qui a eu lieu il y a 2 ans) et c’est lui qui m’a conseillée de me tourner vers le bénévolat, voyant en moi l’envie d’aider les autres.

J’ai toujours été attirée par la foi depuis enfant. Mais en 2011 j’ai perdu mon papa, d’une mort soudaine à laquelle on se n’attendait pas. Ça m’a beaucoup interpelée et renforcée dans ma foi. C’est un événement marquant qui m’a fait grandir. Au lieu de partir dans la tristesse ou le déni, je me suis relevée et je me suis dit « je vais me battre, je vais aider les autres », car je pense que c’est ce que mon père aurait voulu. Et ce qui m’a finalement conduite à être présente à cette Université d’été !

Une solidarité qui transforme

fresque tenteJ’ai beaucoup aimé aussi le témoignage de sr Nathalie, elle m’a captivée, sur ce qui l’a conduite à s’engager. J’éprouvais le besoin d’aller lui parler. Je lui ai partagé mon expérience, elle m’a écoutée, et bien conseillée.

Les témoignages des Caritas d’Egypte, du Liban, de Jordanie et des 5 jeunes de Coexister m’ont aussi beaucoup touchée. Moi qui aie toujours aimé voyager, ça donne envie de continuer ce plaisir tout en aidant les autres !

Une fresque avait été faite par cinq grapheurs. De près, les personnages semblent tristes, le visage fermé. Et plus on s’éloigne, plus on se rend compte que les visages s’éclaircissent et deviennent souriants ! Cela montre que grâce à l’aide des personnes, tout est possible : des visages fermés peuvent devenir souriants !

C’est ce qui me touche le plus dans mon engagement. Je suis à l’accueil du Secours Catholique à Epinal, chargé d’orienter les personnes selon leurs besoins (aide alimentaire, bon de vêtement, écoute, demandes administratives, orientation professionnelle…). Quand la personne arrive, elle n’est pas bien, parfois, elle a du mal à parler. Quand je prends le temps de l’accueillir, de l’écouter, et que je la vois repartir avec le sourire, c’est pour moi ma plus grande récompense !

« Jeunes, engagez-vous ! Vous avez tant à donner ! »

Université d'été Bénévoles St Malo : Caritas MonaJe ne peux qu’encourager les jeunes à devenir bénévole. Même si c’est seulement quelques heures, ça apporte tellement !

Le fait de se retrouver face à des gens qui ne vont pas bien oblige à aller chercher en soi des ressources positives. Faire du bien à d’autres fait du bien à soi ! Ça remonte les batteries. Après, je me sens toujours bien.

Il y a des jeunes qui en auraient l’envie mais qui n’osent pas. Or, personne n’est inutile ! Il ne faut pas que les jeunes se sentent exclus. Ils ont autant d’expérience que d’autres ! Des personnes handicapées, des personnes accueillies, peuvent aider autant que nous ! Cela donne sens à la vie.

Dernièrement, j’ai été très touchée de voir des enfants d’accueillis qui faisaient un spectacle. Ça m’a émue jusqu’aux larmes de les voir si épanouis, heureux, contents d’être là, tout simplement. Ça m’a donnée envie de m’investir encore davantage, et pourquoi pas auprès des enfants, si on m’en donne l’opportunité !

 

Sabrina

 

 Sabrina, 28 ans

 

 

Selon France Bénévolat, en 2010, 60 % des 18-25 ans citent l’épanouissement comme source de satisfaction contre seulement 36 % des retraités.
Voir sur le site du Secours Catholique

> L’Université d’été des jeunes du Secours Catholique en vidéo

Voir aussi :
Caritas Teams: « Vous êtes les athlètes du Christ »
Travailler au Secours catholique n’est pas un choix anodin
Roms… et maintenant on fait quoi ?
Nathalie Becquart : « Une solidarité en lien avec la foi »

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !