Skip to content

Nicolas Dumas, bientôt prêtre pour le diocèse de Nîmes

Publié par jeunescathos le 26 juin 2015 - A la Une, Engagements, Ordinations, Vie Consacrée, Vie de l'Eglise, Vocations

Nicolas Dumas a 27 ans. Ce gardois a été ordonné diacre dans son diocèse d’origine le 22 juin 2014. Un peu plus d’un an plus tard, ce dimanche 28 juin, il va être ordonné prêtre par Mgr Wattebled, l’évêque du diocèse de Nîmes. Parcours, impressions, espérances… Nicolas se confie à quelques jours de la célébration.

Je suis un diacre très heureux de se préparer à cet accomplissement qu’est le sacrement de l’ordination. Bien sûr, je ne suis pas meilleur que les autres, je suis un pécheur, mais, comme tous les croyants, un pécheur pardonné. Tous ensemble nous sommes appelés ; l’appel que j’ai reçu et auquel je réponds se nourrit donc de l’Eglise tout entière. J’ai besoin du soutien des autres pour me préparer.

Nicolas Dumas sera ordonné le 28 juin

Nicolas Dumas sera ordonné le 28 juin

La dernière semaine avant l’ordination…

… On essaie de méditer intérieurement tout ce qu’on a vécu jusque là. Il y a aussi les préparatifs de la cérémonie, et je m’entraine par exemple à dire la messe. Autrement, je poursuis ma mission en paroisse, à Sommières, comme diacre. Après avoir vu les chiffres des ordinations cette année, je suis heureux d’être témoin que l’Esprit-Saint poursuit son œuvre, et j’ai conscience qu’un prêtre n’est jamais seul ; l’entraide et la bienveillance entre prêtres d’une part, entre prêtres et laïcs d’autre part, est essentielle. Par ailleurs, il faut avoir conscience qu’un grand nombre seront encore appelés, donc il est important de leur donner les clés pour discerner. Mais il faut surtout prier pour qu’il y en ait davantage, et dire aux jeunes de ne pas avoir peur de s’élancer. On reçoit une grande joie. Cette joie est donnée d’abord en germe, lorsqu’on dit « Oui » à Dieu intérieurement. Puis dans le franchissement, dans le cheminement vers l’ordination, la joie nous est donnée en abondance.

Quand je serai prêtre…

Je souhaite être un humble serviteur, qui sera là, simplement à sa place, délivré de son importance.

J’aime beaucoup discuter sur la Parole de Dieu, être à l’écoute, parler avec les gens en recherche de Dieu. Je souhaite donc aider les personnes à redécouvrir le sens de leur foi. Mes années de séminaire m’ont permis de découvrir l’importance de la Raison illuminée par la Foi (cf. Foi et Raison, par Jean-Paul II), et je pense qu’une initiation à l’apologétique permettrait aux gens de revisiter leur foi de l’intérieur et de croire encore plus profondément. Il faut savoir donner du crédit à l’historicité du Christ et au message des apôtres, notamment par l’étude des Evangiles et du mystère de la Croix.

J’aime aussi beaucoup le sport, et cet été j’organise un pélé VTT pour les jeunes : nous irons du Gard à l’Hérault, en méditant les Mystères douloureux. Cela permettra de montrer l’importance du don de soi, de l’entraide et de l’esprit

Nicolas Dumas après son ordination diaconale, en juin 2014

Nicolas Dumas après son ordination diaconale, en juin 2014

d’équipe. Car dans la vie chrétienne, la Messe et les sacrements sont centraux, mais la vie en communauté et des temps de joie en commun sont également essentiels.

J’espère aussi transmettre au plus grand nombre le sens de l’attention à l’égard des personnes âgées. Cela me tient particulièrement à cœur, j’ai pu en faire l’expérience lors d’un stage à Toulouse à l’Hôpital Purpan.

Une croissance de la foi progressive, sous trois pontificats

La vie de Saint Jean-Paul II a été un élément déclencheur de ma vocation, même si je ne l’ai jamais rencontré à Rome ni autre part. C’est un « géant », qui a fait énormément pour notre Eglise. Il a beaucoup interpellé les étudiants, et ses ouvrages m’ont beaucoup apporté, notamment la lecture, il y a deux ou trois ans, de ses catéchèses sur la Théologie du corps. Benoît XVI m’a séduit par son courage, il a tenu bon dans la barque malgré les vents contraire, c’est pour moi un exemple. Lui et Jean-Paul II sont complémentaires. Les racines de ma foi ont grandi sous Jean-Paul II, et le germe est sorti de terre sous Benoît XVI, si l’on peut dire. Les deux Papes se rejoignent par exemple dans leur conception du prêtre, que je trouve tout à fait juste : « être pour » pour Benoît XVI,  c’est « un homme pour les autres » selon Jean-Paul II.

Enfin, mon avant-dernière année de séminaire a été marquée par l’élection du Pape François, un moment vraiment grandiose et très heureux. La spontanéité du Pape actuel m’interpelle, ainsi que son insistance sur le dynamisme missionnaire et la vie en communauté. Cela me semble très important que les paroissiens puissent vivre dans un véritable esprit de famille, en n’hésitant pas à se joindre aux mariages, enterrements, et autres cérémonies de leur paroisse.

En tous cas, je constate que l’Esprit-Saint poursuit son œuvre tout au long de la succession des serviteurs de l’Eglise. Et je rends grâce à Dieu d’avoir vu et de voir encore chaque jour combien cette Eglise est belle.

Nicolas Dumas, ainsi que le frère Philippe Berrached, a.a., seront ordonnés prêtres le dimanche 28 juin à 16h en la Cathédrale de Nîmes, par Mgr Wattebled, évêque du diocèse.

 

 

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. martine salgues says: février 9, 2016

    Gloire au Seigneur. C’est avec une grande joie que je découvre votre chemin… Vous serez dans nos prières surtout le jeudi soir ou nous adorons le Seigneur. Merci que Dieu vous bénisse et que Marie vous accompagne.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !