Skip to content

Jeune couple de volontaires : bilan après un an au Tchad

Publié par jeunescathos le 22 octobre 2015 - A la Une, Engagements, Journal d'un jeune couple volontaire

Henry et Marie-Marthe sont partis pour deux ans de coopération dans un hôpital de la capitale tchadienne, N’Djamena, en tant que volontaires DCC. Ils commencent avec joie leur deuxième année de volontariat, après une bonne pause de vacances en France. De nouvelles aventures continuent !

journal d'un jeune couple de volontaires - henri et marie-martheAprès de bonnes vacances en France, nous voila de retour chez nous au Tchad. Notre pause française a duré presque un mois et nous a permis de prendre un peu de recul, de casser notre routine tchadienne pour mieux faire notre bilan des un an. Une excellente occasion pour faire le point sur nos missions, notre intégration, sur ce qui s’est passé durant cette première année tchadienne.

De nouvelles perspectives

Sur le plan professionnel, Marie-Marthe, après mûre réflexion, décide de faire évoluer sa mission. Elle quitte la maternité pour se consacrer entièrement aux consultations dans les centres de santé ou elle se sent plus utile. En parallèle, elle remet également en place la bibliothèque universitaire, tout en l’enrichissant des nombreux livres qu’on nous a donnés en France.

Pour Henry, c’est toujours le service de médecine mais avec cette année l’idée d’essayer de former un remplaçant parmi les étudiants qui passent leur thèse cette année.

En dehors de l’hôpital, des amitiés grandissent. Après la séparation des vacances, on était heureux de retrouver nos amis, tchadiens et nasaras (blancs).

Quelle Eglise ?

journal d'un jeune couple de volontaires - henri et marie-martheSur le plan de la foi, c’est un peu difficile. On a un peu du mal à se reconnaître dans l’église d’ici et beaucoup de mal à être régulier pour aller a la messe. Même dans la paroisse que nous avions découverte, nous avons finalement du mal à trouver notre place. Pour l’instant on essaye d’être fidèles dans notre prière quotidienne et on cherche des nouveaux plans pour une messe qui nous corresponde…

Joie d’une deuxième année

Bref un an déjà et pas mal de choses derrière nous. Nous avions hésité à signer pour deux ans. Nous sommes finalement heureux de pouvoir rester un an de plus ; forts de tout ce que nous avons découvert et compris, nous avons les outils pour vivre une deuxième partie de mission riche et utile ! Une année devant nous encore, tout un chemin à parcourir et tellement de choses a découvrir encore !

 

 

Henry, 26 ans et Marie-Marthe, 22 ans

 

 

Lire aussi :
Les épisodes précédents du Journal d’un jeune couple de volontaires

Le volontariat d’Amélie au Congo

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. thadarth says: octobre 22, 2015

    Le paragraphe
    Quelle Eglise est symptomatique de la nécessité non d’adapter mais d’accompagner avec clarté et lucidité le cheminement de l’église dans le continent noir africain.
    Je pense qu’il faudrait développer cette note – même si ce n ‘est pas facile – car vous avez aussi un devoir d’information donc de vérité sur l’inadéquation entre les missions paroissiales «  »françaises  » et celles du Pays où vous vivez au point que vous dites avec «  »humilité » que vous pourrez profiter de votre expérience acquise la première année en prolongeant votre présence d’un an.

  2. hajer says: janvier 5, 2016

    Un bon résumé, merci pour le partage.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !