Skip to content

Carême : objectif Miséricorde !

Publié par jeunescathos le 10 février 2016 - #Miséricorde, A la Une, Carême et Pâques

Le père Emmanuel Coquet te propose pour le Carême de mettre le cap sur la Miséricorde ! Chaque vendredi, retrouve sa méditation de l’Evangile du dimanche suivant pour t’accompagner tout au long de la semaine dans ton quotidien.

(c) Marie Docher / CIRIC

(c) Marie Docher / CIRIC

Oh, je la connais bien cette moue… cet air quelque peu désabusé et résigné par avance lorsque l’on évoque ce temps particulier que nous offre l’Eglise : le Carême. Oui, avec le carême se profile, au-delà des images peu amènes que véhicule ce temps de conversion, une tentation de démission anticipée. Comme une peur qui guette. Car, reconnaissons-le, nous nous retrouvons hélas souvent dans ces constats : « Je me suis tellement cassé les dents les années passées ! J’ai toujours pris de belles résolutions qui se sont invariablement révélées éphémères. Je ne sais pas sur quoi faire porter mes efforts… Ce temps du Carême creuse en moi un sentiment de culpabilité ».
Bref, à voir les choses ainsi, l’interrogation est légitime : pourquoi le carême 2016 serait-il différent ?!

Un Carême pas comme les autres 😉

Le pape François le Mercredi des Cendres, 2015. (c) Alessia GIULIANI/CPP/CIRIC

Le pape François le Mercredi des Cendres, 2015.
(c) Alessia GIULIANI/CPP/CIRIC

Et bien, je peux vous assurer qu’il va être unique ! Unique parce que cette année l’Eglise, par la voix du pape François, nous convie à une expérience qui peut bouleverser positivement nos existences.

Une année unique parce que l’année de la Miséricorde n’est pas un label commercial apposé sur notre année pastorale mais le lieu de l’émerveillement essentiel face à la nature de Dieu qui consiste à contempler son être le plus profond : son amour que rien n’arrête, son amour qui transfigure le péché en reconnaissance pour sa tendresse, son amour qui fait à nouveau circuler la vie là où je l’avais condamnée à s’arrêter faute d’espérance en Celui qui ressuscite.

Carême 2016 sera unique

desert_1S’engager à la suite de Jésus pendant 40 jours, c’est accepter de contempler la vérité de notre vie. Une vie avec sa beauté, une vie où peut briller le don généreux de soi, mais également parfois une vie parfois cabossée, parfois médiocre. En tout cas, une vie dont Dieu ne peut se désintéresser.
Or la pauvreté de notre vie, toutes ces « failles », toutes nos incohérences, le poids de notre péché que nous sommes amenés à reconnaître et à offrir devient le lieu d’une guérison, à l’image de ce qu’opère le Bon Samaritain dans l’Evangile.

Oui, le Carême 2016 sera unique car vous êtes unique aux yeux de Dieu et qu’Il n’attend que de nous combler de son amour fou, démesuré, illogique à nos yeux.

De dimanche en dimanche…

C’est ce que nous voulons découvrir, de dimanche en dimanche, avec toute l’Eglise, pour creuser en nous le goût de vivre de cette miséricorde promise et quelque peu mystérieuse. Nous le ferons en tenant la main de l’évangéliste Luc (textes de l’année C), quand bien même dans votre paroisse – à la faveur de l’accompagnement des catéchumènes – vos pasteurs choisiraient les textes de l’année A, dessinant un parcours plus baptismal pour votre communauté.

Alors, Mettons le cap sur la Miséricorde ! Prenons résolument la route de Jérusalem avec Jésus ; rendez-vous pour la première étape dans le désert…

PereEmmanuelCoquetPaysage (grand format) (3)

P. Emmanuel Coquet, secrétaire général adjoint à la Conférence des évêques de France

 

 

« Mes devoirs » de Carême

Je vous invite à vous déterminer sur un ou deux points précis pour vivre ce temps de Carême avec fruit.

Ne multipliez pas les perspectives de changements radicaux qui légitiment comme par avance leur renoncement, car vous seriez tenté de vous réfugier derrière votre gourmandise spirituelle, derrière l’abondance de vos résolutions, pour ne pas en avoir mis une seule en œuvre !… C’est un classique du tentateur ! Non, s’il vous plait, laissez les exploits aux autres.

C’est peut-être un peu humiliant de reconnaître que l’on ne devient pas saint du jour au lendemain par nous-mêmes, mais cela nous préserve de l’orgueil qui serait pire encore.

Posez plutôt des gestes simples et concrets de charité que votre prière et votre jeûne vous auront inspiré. Ne prenez pas des déterminations si vastes que vous traverserez le Carême sans vous apercevoir de votre engagement dans ce combat spirituel à la suite du Christ. On peut certes toujours ce dire qu’on veut être « ouvert à la grâce », c’est vrai,… mais comment cela va-t-il s’objectiver dans ma vie pour ne pas en rester aux attentes insatisfaisantes ?

La question redoutable du Carême est de s’engager dans un chemin qui appelle et vérifie un accroissement d’amour, de charité.

« Miséricordieux comme le Père » est le thème de notre année jubilaire ! Alors…

  • Est-ce que je vais profiter du Carême pour renouer avec cette personne de mon entourage avec laquelle je suis brouillée depuis des années ?
  • Est-ce que je vais faire ce pas concret vers le sacrement de la réconciliation qui me coûte tant ?
  • Qui a besoin de ma générosité, de mes compétences, de mon temps autour de moi ?…
  • Faites place nette ! Débarrassez-vous de tout ce qui parasite l’écho de la Parole de Dieu en vous. Tant de choses sans importance encombrent notre vie.
    Oserons-nous choisir d’opter pour l’important et non pour l’urgent ?!

« Sacrifice » ? Aïe ! vous avez dit « sacrifice » ?!

Trop souvent nous avons méprisé les « sacrifices » par ce qu’on ne les a pas compris. Certes, on a eu raison de disqualifier les privations infantiles qui n’apportent aucun surcroît de charité… mais il ne faudrait pas pour autant qu’on perde de vue la valeur du sacrifice comme offrande, comme un renoncement à soi-même pour nous rapprocher du Seigneur.
C’est ainsi que saint Augustin nous invite à comprendre le sacrifice : toutes ces œuvres bonnes qui nous rapprochent de Dieu (cf. La Cité de Dieu X, 6). Tel est le sacrifice véritable qui plait à Dieu.

Alors oui nous ne laisserons pas notre ventre être le guide de tous nos appétits, nous ne laisserons plus les loisirs et la distraction finaliser notre existence, car Jésus nous révèle que communier à sa vie exige de l’accompagner aussi au désert.

Bibliographie :

  • François, Le Visage de la Miséricorde, bulle d’indiction de l’Année Sainte de la Miséricorde, 2015
  • François, Le nom de Dieu est miséricorde, Paris, Robert Laffont, 2016, 167 p.

Voir aussi :
Dossier Carême

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. Maria chiarra says: février 12, 2016

    Merci pour votre partage, jveux vivre autrement ce carême

Ajoute un commentaire

Prends la parole !