Skip to content

Pourquoi serai-je ordonné prêtre en juin ?

Publié par jeunescathos le 12 mai 2016 - A la Une, Journal d'un jeune diacre

Cédric sera ordonné prêtre dans son diocèse à Nanterre le 18 juin prochain. Il nous partage sa joie et ses questions.

Ça y est, c’est officiel !

L’annonce en a été faite dans les médias de mon diocèse : le 18 juin prochain mon évêque ordonnera trois prêtres. C’est une grande joie pour l’Église, et ce devrait donc aussi être une grande joie pour chacun de nous !

Ordination de prêtres

Ordination de prêtres

La vocation, un appel

C’est une joie toute particulière pour moi qui serai ordonné, que je voudrais vous partager : joie immense, en même temps que teintée de gravité, et aussi d’un certain vertige.

Joie de constater que ce que je porte depuis des années au plus intime de mon cœur est reconnu par l’Église. Et par la médiation de celle-ci, j’y vois, comme c’est le cas pour toute vocation (mariage, vie religieuse, vie contemplative ou dans le monde, et même certains métiers !) la confirmation de l’appel authentique du Seigneur.

Joie du don de moi-même, qui participe de mon humanisation et donc construit mon bonheur.

Joie aussi, de constater que je ne suis pas le seul, que le Seigneur appelle donc encore largement et que certains se risquent – pour leur joie ! – à y répondre.

 

En même temps que cette grande joie, mon cœur est aussi habité par un sentiment de gravité : le don que le Seigneur va me faire en me consacrant comme prêtre, c’est un don du Seigneur qui est purement gratuit, et qui ne dépend en rien de mes qualités ou de mes mérites propres. Et penser à l’abîme qui existe entre l’immensité de ce don et ce que je suis pour le recevoir me remplit de gravité.

Le mystère du prêtre

A côté de cette gravité, il y a aussi un certain sentiment de vertige : A vrai dire, plus je médite sur le mystère du prêtre, plus je me rends compte que le seul Prêtre au sens plénier du terme, c’est le Christ. Tous les hommes que nous rencontrons et dont nous disons qu’ils sont prêtres, ne le sont que par participation du Christ et à sa suite, pour poursuivre sa mission (cf. Mt 28, 18-20). Et aucun d’entre eux ne pourra jamais prétendre avoir parfaitement saisi l’immensité du mystère dont il est porteur, et donc l’immensité de sa dignité en même temps que de sa charge. Et penser cela est pour moi vertigineux.

 

Oui, le Christ est le seul à être Prêtre au sens plein du terme : lui seul est le parfait Médiateur entre Dieu et les hommes, lui seul est véritablement le  »pont » – le pontife – entre le monde de Dieu, le paradis, et notre monde, encore en attente de la joie parfaite. Lui seul peut nous ouvrir les portes du Royaume, que nous avons fermées du fait de notre péché.

CollegioSanStanislaoLjubljana-mosaique - rupnik

Continuer la mission du Christ

Seulement voilà, après que le Christ s’en fut retourné d’où il venait, il fallait des moyens, des  »outils » pour poursuivre sa mission, et il a décidé que cela se fasse par des hommes qu’il choisit lui-même et à qui il a donné une mission spécifique. Nous le voyons, par exemple dans la fin de l’Évangile selon St Marc et au début des Actes.

C’est donc par Sa souveraine volonté que des hommes deviennent le moyen par lequel Dieu se donne au monde et le monde peut s’élever vers Dieu. Par ces hommes, un canal est ouvert, qui permet la diffusion, l’effusion, de la grâce des sacrements jusque dans les moindres recoins du monde !

Prêtres, au service de leurs frères

Savoir cela devrait être pour chacun de nous la source d’une joie incommensurable et d’une reconnaissance sans fin envers Dieu, et sa prodigalité à vouloir nous sauver et nous communiquer son amour. Et aux prêtres, ce ne peut être qu’une source de saisissement et de vertige que de se savoir vecteur de la grâce de Dieu pour le salut du monde en général et de chaque personne en particulier. Oui, les prêtres sont donc au service de leurs frères : avec eux, ils sont baptisés, et pour eux, ils sont prêtres. Et aussi pour toute personne, quand bien même elle ne serait pas chrétienne : on est prêtre pour la joie du monde, pour porter cette joie qui vient de Dieu, joie qui vient du débordement d’amour de Dieu.

Cédric de la Serre

 

 

Cédric de la Serre, 29 ans
Journal d’un jeune diacre

 

 

Voir aussi :
Devenir prêtre
A qui parler de ma vocation ?

Lire aussi :
« Choisi parce que pardonné », l’appel du pape François

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. Alidor says: mai 12, 2016

    JOYEUX ET FRUICTUESE VI SACERDOTALE !!!

  2. barb says: mai 12, 2016

    Bravo pour ce beau texte qui donne à penser, qui donne de la joie, qui donne de l’espérance! Continuez, c’est si rare!!

  3. Rethel says: mai 12, 2016

    Jésus n’a jamais institué des prêtres ! Le sacerdoce est une invention, une imposture !
    Jésus appelle à être disciple mais pas du tout à être prêtre !

  4. Thomas says: mai 12, 2016

    Merci!

  5. Sarah says: mai 12, 2016

    Merci les prêtres! On compte sur vous, on a besoin de vous, on prie pour vous.

  6. Sarah says: mai 12, 2016

    Merci les prêtres! On compte sur vous, on prie pour vous. Seigneur, donnez-nous beaucoup de prêtres!

  7. daniel says: mai 15, 2016

    bonne route à la suite de Jésus :
    « nous formons tous ensemble le peuple saint des fidèles de Dieu. » pape François
    ne jamais oublier que nous servons Dieu et les autres et non uniquement une institution…comme nous le répète notre pape.

    • Cédric says: mai 17, 2016

      Je suis à 1000% d’accord avec vous, Daniel!!
      Et je me confie à vos prières.
      Cédric

  8. Ouikon freddy wenceslas says: mai 23, 2016

    Merci pere pour le partage qui m’édifie je suis grand séminariste diocesain au grand séminaire de bangui en fin de cycle de philosophie et je pense qu’en meme temps que je prie pour vous mon pere priez aussi pour moi pour cette vocation merci!

Ajoute un commentaire

Prends la parole !