Skip to content

Qu’est-ce que le mercredi des Cendres ?

Publié par jeunescathos le 1 mars 2017 - A la Une, Carême et Pâques, Vie de l'Eglise

Cette année, le 1er février marque l’entrée en Carême, avec le mercredi des Cendres. Essayons de comprendre ce que ce lendemain du Mardi Gras peut bien signifier. Par Mgr Nicolas Souchu, évêque auxiliaire de Rennes. 

 

 

La plus grande fête des chrétiens, c’est Pâques

Daniele Colarieti / Ciric

Si tu interroges tes amis pour leur demander quelle est la plus grande fête pour les chrétiens, beaucoup te répondront : c’est la fête de Noël. C’est vrai que cette fête de la naissance de Jésus est très populaire et beaucoup de personnes non croyantes s’y associent. Mais ce n’est pas la bonne réponse. La plus grande fête des chrétiens, c’est Pâques, le jour où nous célébrons la résurrection du Christ qui est passé de la mort à la Vie.

Pour nous préparer à cette grande fête nous avons un temps qui s’appelle le Carême. Carême, cela veut dire quarante ; ce sont les quarante jours avant Pâques. Mais dans ces jours, on ne compte pas le dimanche où nous faisons toujours mémoire de la résurrection du Christ. C’est pourquoi le carême commence un mercredi.

Alors pourquoi l’appelle-t-on le mercredi des Cendres ? Le carême est un temps de pénitence, de préparation à la belle fête de Pâques et pour entrer en Carême, je me prépare par un rite qui se déroule lors de la messe (ou qui peut se vivre dans une célébration en dehors de la messe) où celui qui préside met sur mon front de la cendre en me disant : «Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière» ou «Convertis-toi et crois à l’évangile».

Apprendre à accueillir la lumière de Pâques

Stéphane OUZOUNOFF/CIRIC

Moi, j’aime bien le carême. Quand on est triste, on dit parfois qu’on a une « mine de carême ». Mais le carême ce n’est pas cela !

Les cendres déposées sur mon front constituent les restes refroidis d’un grand feu pour m’apprendre à devenir lumière et à accueillir la lumière de Pâques.

Les cendres déposées sur mon front sont aussi des tâches de saleté qui m’invitent à me ressourcer à la source de la Parole de Dieu.

Les cendres déposées sur mon front ressemblent à une terre aride qui ne produit pas de fruits et qui m’invitent à me convertir pour porter les fruits de l’Esprit-Saint dans ma vie.

Voilà tout un programme, tout un chemin qui commence le mercredi des Cendres et qui se terminera à la Veillée Pascale où nous allumerons le feu nouveau. Pour t’aider, je t’invite à méditer cette phrase de l’épître aux Hébreux, chapitre 10, verset 24 : «Faisons attention les uns aux autres pour nous stimuler dans la charité et les bonnes œuvres.» Qu’il nous aide à vivre la charité !

J’espère que tu pourras te mettre sur ce chemin, avec tous les chrétiens, pour mieux te préparer à la Joie de Pâques. Bon Carême !

 

+ Nicolas Souchu
Evêque auxiliaire de Rennes

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !