Skip to content

Trois bonnes raisons d’aller se confesser !

Publié par jeunescathos le 6 mars 2017 - A la Une, Carême et Pâques, Question de foi

Le Carême a commencé, tu attends la sortie du film La Confession… Mais aurais-tu prévu d’aller te confesser ? Que tu hésites ou non, voici quelques éléments pour t’éclairer sur le sens du sacrement de pénitence et de réconciliation

Réconciliation - Ben Sutherland

© Ben Sutherland

Quand on s’est disputé avec un(e) ami(e), on peut faire l’expérience de goûter – ô combien – il est précieux de se réconcilier en se demandant pardon.

Quel lien avec le fait de se confesser ?

Avec Dieu, c’est (presque !) pareil : aller me réconcilier avec Lui dans le cadre de la confession ne se présente pas à moi comme une obligation extérieure mais comme la joie de renouer une relation avec Dieu. Et ainsi mieux vivre ma foi et ma relation aux autres. Depuis Vatican II, on parle d’ailleurs de « réconciliation » plutôt que de confession.

« Nous vous en supplions au nom du Christ : laissez-vous réconcilier avec Dieu », dit l’apôtre Paul. (2 Co 5, 20)

« Laissez-vous » : Cela indique bien le sens de l’action de Dieu en nous dans le sacrement du pardon. C’est bien Dieu le Père qui nous aime le premier et qui nous appelle à aller nous réconcilier avec lui. Et en voici 3 bonnes raisons.

Etre libéré du mal

La confession me désolidarise du mal : la bonne nouvelle, c’est que le Christ est vainqueur du mal ! Sur lui, par sa résurrection, la mort et le péché n’ont plus aucun pouvoir. Et il nous donne part à sa victoire (1 Jn 5, 14) : en reconnaissant ce qui dans nos vies n’ont pas été des actes d’amour, de respect, d’accueil, de pardon, de foi… et en lui demandant pardon, je m’ouvre à recevoir de Jésus une force de vie. Jésus agit en moi pour permettre la victoire de l’amour sur le mal. Même si je suis découragée de moi-même, je peux avoir confiance en Jésus : c’est lui qui agit ! En renouvelant régulièrement ma relation avec le Seigneur, je réoriente ainsi mon quotidien vers une vie épanouie en Dieu.

«Ta foi t’a sauvé(e), va en paix» (Lc 7, 50) : croire que ces paroles sont pour moi !

Être renouvelé dans l’amour

Copyright : Ciric - David Latour

Copyright : Ciric – David Latour

En demandant pardon à Dieu, le but n’est surtout pas de me culpabiliser, mais plutôt de me renouveler dans mon désir d’aimer, tout en ouvrant les yeux sur mes manquements. Ceci n’est possible qu’à la lumière de la résurrection du Christ car lui, et lui seul, a vaincu le mal. Dieu m’aime et veut me délivrer de ce qui me sépare de lui, de mon non-amour. Je peux lui demander la grâce d’être lucide sur moi-même et de voir ce qui m’empêche d’être dans son amour. La confession m’offre alors une nouvelle puissance d’aimer et de pardonner mes amis, ma famille, mes collègues… jusqu’aux personnes avec qui j’ai plus de mal, mes « ennemis »,  intérieurs ou extérieurs (Mt 5, 44).

La joie d’être uni(e) à Dieu

La confession me transforme au plus profond de mon cœur, si je la fais sérieusement. Chaque démarche qui est de l’ordre de l’amour, de la paix, de la justice, de la miséricorde me rapproche de Dieu. Et le sacrement de la réconciliation en fait partie. Car Dieu nous prend au sérieux.

Aller me confesser, c’est désirer et accepter de renaître à une vie d’amour en actes et en vérité dans mon quotidien, qui est le lieu de la présence de Dieu. Grâce au pardon de Dieu, je suis uni(e) à lui dans un lien d’amour qui comble mon cœur de joie. La tendresse de Dieu rayonne alors pour moi et je peux la partager !

Laure Pastoureau

 

 

Laure Pastoureau, licenciée de théologie

 

Aller plus loin sur la pénitence et la réconciliation

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. Jean-Pierre says: mars 8, 2017

    Bonjour,
    Après de longues années en dehors de l’église, je me suis réconcilié avec le Seigneur, par la confession. Mon fardeau s’est allégé !

Ajoute un commentaire

Prends la parole !