Skip to content

Cette année, pourquoi fête-t-on la Saint Joseph le 20 mars ?

Publié par jeunescathos le 17 mars 2017 - A la Une, Question de foi, Vie de l'Eglise

Tous les ans, la solennité de la Saint Joseph est inscrite au 19 mars, ce qui n’est pas le cas en cette année 2017, où nous fêterons le lendemain le père nourricier de Jésus et époux de Marie de Nazareth. Pour en comprendre les raisons, le Blog Jeunes Cathos a interrogé le père Bruno Mary, directeur du Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle (SNPLS) au sein de la Conférence des évêques de France.

 

Pourquoi, en cette année 2017, la solennité de la Saint Joseph est-elle fixée au 20 mars ?

Saint Joseph et l'Enfant Jésus, Guido Reni (1640)

Saint Joseph et l’Enfant Jésus, Guido Reni (1640)

Habituellement, la Saint Joseph est le 19 mars. Or cette année, le 19 mars est un dimanche, dimanche de Carême. Si l’on avait été dans le temps ordinaire, la solennité aurait été maintenue le dimanche. Mais nous sommes en Carême, un temps liturgique fort, sur lequel l’Eglise met l’accent. Le dimanche en lui-même prime donc sur toute fête ou solennité de ce jour.

Chaque dimanche, on célèbre la Résurrection du Christ, dont la sainteté de Joseph est l’un des fruits. Si le Christ n’avait pas été ressuscité, il n’y aurait pas de saint Joseph ! Si le Christ n’avait pas été mort et ressuscité, vaine serait notre foi.

Les saints tirent leur sainteté de l’oeuvre du Christ, qui s’accomplit plus spécialement le dimanche de Pâques. Et qu’est-ce qu’un(e) saint(e) ? C’est un témoin qui s’efface devant ce dont il témoigne. Il nous dit, et saint Joseph, par toute sa vie, nous dit : « Ce n’est pas à moi qu’il faut s’arrêter. » En priant un saint, en demandant son intercession, on prie Jésus et on se tourne vers Dieu. Cette année plus encore, saint Joseph s’efface donc devant son fils Jésus.

Quand la fête d’un saint ne peut pas être célébrée le dimanche, on la reporte au jour suivant… où il est possible de le fêter ! Dans le cas de saint Joseph cette année, il s’agit donc du lundi 20 mars.

 

On parle de solennité, mais… qu’est-ce qu’une solennité ?

ANSA822732_ArticoloLe terme « solennité » vient du mot latin ‘solemnitas’, fête solennelle, composé de ‘sollus’ (tout, entier), et de ‘annus’ (année). La solennité est donc un grand jour revenant tous les ans, pour reprendre les mots de dom Robert Le Gall.

« Solennité » est le nom donné à certaines fêtes importantes de la communauté chrétienne. Les solennités peuvent être soit célébrées dans toute l’Eglise catholique (la Saint Joseph par exemple), soit propre à un diocèse (la dédicace de la cathédrale par exemple), soit propre à une église (la fête du saint patron de l’église ou de la commune (la fête du saint patron de l’église ou de la commune par ex.).

Le jour de la solennité, l’Office, et à la Messe, les lectures, la préface, les prières, sont particuliers : ce sont les propres. Ce lundi 20 mars, en plein Carême, il y aura donc comme un rayon de la lumière de Pâques ! Pâques est d’ailleurs la Solennité des solennités.

Si la solennité tombe en semaine, elle peut être reportée au dimanche. Si elle tombe un jour de plus grande fête, elle peut être anticipée au samedi précédent ou au jour libre le plus proche.

La structure de la liturgie de la Parole est semblable à celle du dimanche : on chante donc le Gloria et on dit le Credo. Mais lundi, vous n’entendrez pas l’Alleluia, Carême oblige !

 

 

 

 

 

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !