Skip to content

Législatives : le coprésident de la JEC a lu le texte des évêques !

Publié par jeunescathos le 9 juin 2017 - A la Une, Elections, Vie de l'Eglise, Vie des mouvements et groupes de jeunes

Pierre a 19 ans et il est depuis quelques mois coprésident de la JEC (Jeunesse étudiante chrétienne). Etudiant à la faculté de droit de Montauban, il nous donne à quelques jours des législatives son point de vue sur le texte des évêques « Dans un monde qui change : retrouver le sens du politique ».

Couv_retrouver_le_sens_du_politique_2016-208x300Voici les réflexions qui me sont venues suite à la lecture de la lettre des évêques aux habitants de France. Tout d’abord, il m’a semblé tout à fait intéressant que nos évêques prennent la parole sur ce sujet car comme tout citoyen ils sont concernés et doivent l’être par ce qui se passe dans notre pays. Aussi leur intérêt pour la politique durant cette période électorale est totalement justifié et leurs motivations sont positives.

Ce texte est selon moi en résonance avec les actions et les visions de notre mouvement, la JEC, qui s’est toujours penché sur le sujet politique. De nombreuses actions ont ainsi été menées pour développer le sens critique et la prise de conscience permettant le maintien d’un débat démocratique où chacun peut s’exprimer, donner sa vision des choses sans entrer en conflit avec l’autre.

Dans leur texte, les évêques semblent avoir une vision du monde politique et sociale en phase avec la réalité. Les sujets choisis étant ceux que l’on peut retrouver dans les programmes des candidats, dans les échanges entre jeunes à la JEC ou ailleurs. Les évêques traitent notamment d’un thème particulièrement important et sur lequel leur vision est totalement en phase avec la mienne : ils parlent d' »une société en tension ». « Notre société semble comme à fleur de peau, à vif, une société sous tension qui réagit et surréagit ». Cette phrase est l’illustration parfaite de ce que ressent une partie de la population française à commencer par moi-même. Notre société ultra-connectée se base désormais sur les réseaux sociaux pour se faire une opinion. Elle ne réfléchit plus toujours et se laisse entraîner par la vitesse de ses nouvelles technologies. Le meilleur exemple de ce phénomène est l’absence de présomption d’innocence sur ces réseaux. Cela donne l’impression que la moindre « publication » peut être une étincelle qui va embraser la « toile ».

La jeunesse est importante dans la société. Son dynamisme est un rouage primordial du changement. Seulement parfois elle ne sait plus se contrôler et elle va trop vite ou commet des maladresses. Mais la place de la religion catholique, ou d’une association comme la JEC, est justement de mettre en avant ce dynamisme tout en apportant son expérience, ses valeurs et son savoir. La JEC permet aux jeunes de mettre à profit leur dynamisme. Si les jeunes se sentent concernés alors ils arrivent à accomplir de grandes choses. Ils peuvent s’appuyer sur le catholicisme et ses 2000 ans d’expérience ! De façon générale les chrétiens comme les athées ou les juifs et les musulmans doivent permettre d’avoir une vision des choses actuelles qui n’oublie pas le passé et qui voit vers l’avenir.  Car comme dit le proverbe « quand on ne sait pas où on va, il est bon de regarder d’où l’on vient« . Nous catholiques devons porter les valeurs d’une religion d’amour et de fraternité pour ne pas sombrer dans le chaos.

L’espérance est un synonyme de jeunesse car nous sommes au début de notre vie et notre chemin est encore long. Nous espérons qu’il soit long et agréable. Ce qui nous donne de l’espérance, c’est qu’aujourd’hui les choses peuvent évoluer rapidement, que les prises de consciences sont rapides car les réseaux sociaux peuvent aussi être positifs si leur utilisation est bonne et à des fins nobles. La religion catholique reste encore aujourd’hui une source d’espérance par son apport tant au niveau personnel, moral et psychologique, qu’au niveau sociétal, d’actions et d’associations.

Seulement aujourd’hui la jeunesse est inquiète elle semble avancer dans le brouillard et se sent abandonnée. Autour de moi, de nombreux jeunes n’ont plus confiance en la politique et en ceux qui la font. Ils ne voient plus non plus d’intérêt en la religion. La jeunesse a peur et semble attirée par des solutions bien sombres. La montée en puissance des extrêmes par exemple reflète cette peur car nos jeunes générations n’ont pas connu le fascisme et semblent oublier leurs cours d’histoire.  De plus le rejet de l’autre engendre des cassures sociales qui seront très dures à ressouder, le tout accompagné par une hausse constante du chômage qui est aussi un problème majeur non résolu par notre société depuis plusieurs années. Enfin certain s’inquiètent d’une possible déclassification sociale qui ne ferait qu’augmenter ce sentiment de peur et d’injustice.

De nombreuses autres phrases très justes du texte m’ont marqué et résonnent à mon sens en écho avec l’engagement au quotidien de la JEC. Chaque jour, vous comme nous faisons en sorte de rendre ce monde meilleur. Je dirais donc pour conclure que le texte des évêques permet de mettre en avant des problèmes sociétaux et de soulever les questions que la population se pose. Ce texte n’est pas là pour me dire pour qui voter, mais pourquoi voter car il est primordial de respecter le droit de vote. Un texte comme celui-ci est surtout utile car il apporte une lumière sur les projets possibles pour notre société.

13233051_1205661726141237_4514028106938093452_n

Pierre Renard, 19 ans,
Coprésident de la JEC

 

 

>>Téléchargez le texte des évêques dans son intégralité
>>Retrouvez d’autres articles dans notre Dossier Elections 2017

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !