Skip to content

Dans les petites et les grandes choses, choisir la vie !

Publié par jeunescathos le 27 juin 2017 - A la Une, Engagements, Journal d'une jeune religieuse, Synode 2018, Vie affective, Vocations

Tous les deux mois, Anne-Catherine, 33 ans, jeune professe du Cénacle, évoque dans ce Journal ce qu’elle vit dans la vie religieuse. Cette fois, elle nous invite à profiter de l’été pour faire une halte spirituelle et poser nos choix, petits et grands, devant le Seigneur !

 

§2-3 choisir alternativesChoisir est souvent un casse-tête… mais c’est aussi un cadeau qui dit la liberté que nous avons et notre responsabilité d’être acteur et auteur de notre vie… Dieu merci ! Alors voici, en partage, quelques pistes qui me sont souvent précieuses pour moi-même et qui te seront peut-être utiles à toi aussi.

Pour choisir, il me semble que la première chose est sans doute de bien formuler la question qui se pose. Par exemple, qu’est-ce que je fais ce soir ?

Et de là, repérer les différentes alternatives possibles, c’est-à-dire réalistes (et pas idéales dans un autre monde qui n’existe pas). Travailler ce soir malgré la fatigue ? Ou me coucher tôt pour être plus en forme demain ?… Sortir avec mes amis étudiants pour passer un temps gratuit ensemble ? Ou être présente en communauté, après des journées plus dispersées ?…
Ce n’est pas toujours facile de choisir, car souvent il faut trancher entre deux choses bonnes ! Alors, il faut aller plus loin.

Ecouter mon cœur, autrement dit : écouter mon désir, sans jugement.

Puis réfléchir avec ma tête, pour vérifier si mon cœur est vraiment libre pour choisir l’une ou l’autre chose (il m’arrive de confondre une taupinière avec une montagne, ou de voir la vie tout en rose… pas vous ?). Ma ‘tête’ me permet aussi de peser les plus et les moins de chaque alternative, et les conséquences de mon choix sur moi et sur les autres. Tout cela donne de la valeur et de la consistance à mon choix, et m’évite de décider sur un coup de tête ou un coup de cœur.

Pour des choix plus importants (par exemple, un engagement social, une relation amoureuse, un style de retraite spirituelle…), à cette étape-là, il est parfois précieux de demander à un(e) ami(e) ou accompagnateur spirituel qu’il/elle m’aide à y voir plus clair pour me décider… Mais ce n’est pas pour me défiler et lui demander de décider à ma place ! Parce qu’il/elle me connaît en profondeur et n’a pas le nez dans le guidon comme moi, une parole de sa part peut m’aider à sentir ce qui est plus ajusté à ce que je porte vraiment au cœur.

Ensuite, réécouter mon cœur une fois qu’il a été éclairé par ma tête. Ai-je toujours le même désir ? Est-ce que je penche toujours pour le même choix ? Ou bien ai-je bougé, changé, intérieurement ? A ce moment-là, si je suis habitée, vraiment et durablement, par le fruit de l’Esprit[i], qui est paix, joie, liberté, élan de vie…, c’est un feu vert : le Seigneur est avec moi, je peux en confiance me laisser conduire par Lui. Si au contraire, je suis profondément troublée, inquiète, dévitalisée, enfermée sur moi…, c’est un signal d’alerte : je risque de prendre la mauvaise pente, mais il est encore temps de reprendre les rênes pour ne pas me laisser entraîner là où je ne voudrais pas.

§8 choisir se risquer

Choisir, c’est se décider et se risquer !

Enfin, il est bon de réussir à se décider ! Ça paraît évident, mais ça ne l’est pas toujours, car il m’arrive (peut-être pas vous !) de me prendre la tête pour savoir si je fais le bon choix… ou si je ferais mieux autrement… ou si j’ai pensé à tout… ou comment les autres vont réagir… Mais si je ne prends pas le risque de choisir, en réalité, c’est souvent les autres, la vie, le temps qui décideront à ma place… et je n’aurai plus qu’à subir…

Alors, oui, choisir est toujours un risque, car je peux me tromper… et cela arrive… Mais je crois profondément que tout contribue au bien, à la croissance, de ceux qui aiment Dieu[ii], y compris mes erreurs, mes échecs
Mais pour pouvoir dire cela, il me faut relire quelque temps après la décision, pour voir si c’était effectivement le bon choix ou pas. Et quoi qu’il en soit, je peux en « tirer profit » comme dit St Ignace de Loyola, c’est-à-dire voir ce que cette expérience m’a apprise (une meilleure connaissance de moi-même, de mes goûts, mes désirs, mes peurs… et de la manière dont le Seigneur me parle et me travaille…).

On entend souvent que choisir, c’est renoncer… Mais il me semble précieux de réfléchir, si je dis non, c’est pour dire quel autre oui ? Car si mon non est juste, il ne doit pas seulement fermer des portes, mais en laisser une ouverte pour me disposer à pouvoir dire un autre oui. Et c’est justement cela qui peut m’aider à dépasser la difficulté à dire non. Par exemple, si je dis non à tel charmant jeune homme qui m’a tapé dans l’œil, c’est pour ne pas me laisser aller à une histoire peu sérieuse, mais c’est déjà me préparer à dire oui à « l’homme de ma vie »… ou au Bon Dieu s’Il m’appelle à Lui offrir tout ce que je suis.

Ainsi, choisir est un véritable exercice : toujours personnel et circonstancié, donc à faire et à refaire sans cesse… C’est une belle école où, chaque fois, nous pouvons librement redire notre oui pour être ses disciples et ses témoins au cœur de ce monde.

Pour les choses importantes de la vie (études, orientation professionnelle, mariage, vie consacrée, sacerdoce, reconversion…), bien choisir demande du temps. Alors, pourquoi ne pas profiter de l’été pour faire une halte spirituelle et poser ton choix devant le Seigneur ?[iii]

Bons choix, petits ou grands, dans la liberté de l’Esprit !

Sr Anne-Catherine

Sœur de ND du Cénacle

www.ndcenacle.org

 

[i] Cf. Galates 5,22-25

[ii] Cf. Romains 8,28

[iii] Voir les propositions dans les centres spirituels à Versailles, Clamart, Lyon, Lille, ou encore en Belgique

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. Alfred says: juillet 1, 2017

    Super article sur l’importance du choix…bon courage

Ajoute un commentaire à Alfred

Prends la parole !