Skip to content

La Bonne Nouvelle, c’est Lui !

Publié par jeunescathos le 1 février 2018 - A la Une, Société

Après plusieurs semaines au Palais des Sports de Paris, la fresque musicale Jésus signée Pascal Obispo et Christophe Barratier a pris la route, passant par Nantes (27 janvier), Marseille (3 février), Toulouse (10 février), la Moselle (17 février), Dijon (3 mars), Montpellier (17 mars), Lyon (24 mars), Lille (7 avril), Strasbourg (14 avril), avant de conclure sa tournée à Bruxelles le 21 avril 2018. Jeunes Cathos Blog a vu le spectacle et vous en livre quelques éléments.

Une comédie musicale signée Obispo et Barratier

La fresque musicale Jésus est signée par deux grands noms de la scène artistique française. D’un côté, Pascal Obispo – que l’on connaît bien pour ses titres « Lucie », « Fan » ou encore « L’envie d’aimer » – a mis en musique les textes de Victor Sabot, Didier Golemanas et Pierre-Yves Lebert. De l’autre, Christophe Barratier – notamment remarqué pour son long métrage « Les Choristes » en 2004 –  a mis en scène cette comédie musicale.

Pour jouer Jésus, les auteurs ont fait appel à Mike Massy, chanteur libanais âgé de … 33 ans. Avec profondeur dans son jeu scénique, nous ressentons, tout au long du spectacle, les émotions qui devaient être celles du Christ durant sa vie publique. A ses côtés, Anne Sila, finaliste de The Voice 4, interprète avec piété et tendresse maternelle le rôle de Marie. Nous pouvons également souligner une véritable réussite dans le jeu scénique des autres personnages qui interprètent d’une manière remarquable Pierre, Jean, Judas, Jean-Baptiste, Marie-Madeleine, Pilate, Caïphe. Nous percevons tous les sentiments, par le jeu de rôle et la chanson, de ceux qui rencontraient Jésus : affection, passion, excitation, bouleversement, douleur, angoisse …

Mike Massy (au centre), dans le rôle de Jésus

L’Évangile mis en scène

La fresque musicale Jésus conte donc les trois années publiques de la vie du Christ de Nazareth à Jérusalem … du baptême sur les bords du Jourdain au pardon accordé à Marie-Madeleine, de l’appel des disciples à la Cène, des tentations dans le désert aux trahisons de Pierre et de Pilate, du Golgotha à la Résurrection. Tout y est pour retracer ces trois années qui ont bouleversé le cours de l’Histoire de l’humanité.

L’Evangile est mis en scène simplement mais avec justesse comme il est écrit par ses auteurs Matthieu, Luc, Marc et Jean sans enjolivement. Le décor est simple mais dégage l’ambiance du pays du Christ, les costumes aussi.

Les paroles des chansons se mettent également au service de l’Évangile et font ressortir son message :

– Dans La Bonne Nouvelle, Pierre, Jean et Judas nous montrent comment la rencontre du Christ a bouleversé leur vie routinière. Ils nous font comprendre que la Bonne Nouvelle n’est autre que Jésus.

– Marie Madeleine chante sa reconnaissance envers le Christ qui l’a sauvé de la mort et du péché : Je sais que souvent tu nous dis « qui sauve sa vie la perdra », mais moi la vie je te la dois, je te la donne …

– Lors de son dernier repas, Jésus nous laisse un message repris dans la fresque musicale : « Aimez-vous les uns les autres ». La chanson reprend aussi le moment de l’institution de l’Eucharistie : En vérité, je vous le dis, je n’ai plus beaucoup de temps. Prenez, ceci est mon corps. Buvez, ceci est mon sang. Il faut que vous soyez fort que vous me gardiez vivant.

Avant son arrestation, Jésus prie son père : J’entends le bruit sourd du marteau, les clous qui me déchirent la chair, j’entends déjà craquer mes os, j’entends les sanglots de ma mère, mon Père.

Il est bon de pouvoir visualiser les scènes de l’Évangile pour s’y immerger. C’est ce que nous faisons parfois quand nous mimons une scène de la vie de Jésus ou le chemin de Croix dans nos paroisses. C’est ce que fait également cette fresque musicale qui nous donne à voir les scènes clefs de la vie du Christ pour en visualiser les protagonistes et les gestes et nous faire entrer dans l’Évangile et dans son message d’Amour.

Un spectacle musical à voir et à encourager

Nous avons vu fleurir partout dans les villes où passe le spectacle de grandes affiches avec une silhouette du Christ et avec le nom de Jésus, dans un pays où l’entendement de la laïcité fait débat. Ce spectacle a déjà attiré 100.000 spectateurs à Paris (le spectacle a été prolongé à deux reprises) et débute une tournée en France. Ce projet est un peu fou. Il nous parle de la vie du Christ dans notre société qui l’a un peu oublié. Les mots de Saint Paul peuvent nous venir à l’esprit en pensant à cette comédie musicale dans laquelle de grands noms de la scène artistique française se sont investis : « Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages » (Cor 1, 27). Il est donc bon d’aller voir et d’encourager une telle initiative.

Durant le spectacle, nous vivons des émotions par la mise en scène de la vie du Christ. Même si certaines émotions ne sont, sans doute, pas assez fortes au vu de ce qu’atteste l’Évangile. Même si certaines scènes ne sont pas toujours fidèles à la réalité ou pas assez empreintes de foi (nous savons bien que c’est Jésus qui appelle le collecteur d’impôt Matthieu et non les disciples). Mais globalement, ce spectacle nous plonge dans l’Évangile et en livre le message.

N’hésitez donc pas à y emmener vos proches, vos amis. Allez-y en paroisse. Et amenez-y également des personnes qui ne connaissent pas encore le Christ ou qui se sont éloignées de lui. Cela peut être une nouvelle approche.

Cependant, pour rencontrer le Christ, non comme un personnage historique mais comme une personne vivant aujourd’hui, plusieurs conseils : rentrez dans une église, lisez les Écritures, priez, allez à la messe … Là est le véritable Messie qui n’est autre qu’un trésor pour notre vie ! « Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. » (Matthieu 6, 21)

Pierre Deveaux

Pour le Blog Jeunes Cathos

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. JOLIMOY Simone says: février 3, 2018

    A la lecture de cet article j’aimerai pouvoir aller voir ce spectacle, surtout qu’il passe le 10 février à TOULOUSE date anniversaire de mon fils. J’aurais aimé le voir avec lui. J’habite maintenant à 65 km de TOULOUSE et lui à une quarantaine mais à 80 km de chez moi.
    Je prie pour qu’il y aille avec son cousin, car ils se sont éloignés de lui. Peut-être si ils y allaient cela réveillerait leurs consciences.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !