Skip to content

#Synod2018 – Les Pères Synodaux s’adressent aux jeunes !

Publié par jeunescathos le 29 octobre 2018 - A la Une, Pape, Synode 2018, Vie de l'Eglise, Vie des mouvements et groupes de jeunes, Vocations

Du 3 au 28 octobre se déroulait à Rome un synode sur les jeunes, la foi et le discernement des vocations. Durant près d’un mois, plusieurs centaines d’évêques, appelés « pères synodaux » se sont réunis chaque jour autour du Pape François pour se mettre à l’écoute de la jeunesse, et plus particulièrement des 30 jeunes qui participaient à cette assemblée. Alors que le #Synod2018 s’achève, voici le message que les pères synodaux nous adressent !

Pères synodaux

Lettre des Pères Synodaux aux jeunes

C’est vers vous, jeunes du monde, que nous, Pères synodaux, voulons nous tourner, pour vous adresser des paroles d’espérance, de confiance et de consolation. Ces jours-ci, nous nous sommes réunis pour écouter Jésus, « le Christ éternellement jeune », dont la voix révèle vos propres voix, vos cris d’exultation, vos plaintes… vos silences aussi !

Nous connaissons vos quêtes spirituelles, vos joies, vos espérances, vos douleurs, vos angoisses, vos inquiétudes. Nous désirons aussi vous adresser une parole : nous voulons contribuer au développement de votre joie, pour que vos attentes se transforment en idéaux. Nous sommes sûrs que vous êtes prêts à vous impliquer, avec votre joie de vivre, pour que vos rêves se réalisent concrètement dans votre vie quotidienne, et dans notre histoire humaine.

Que nos faiblesses ne vous découragent pas, que les fragilités et les péchés ne fassent pas obstacle à votre foi. L’Église est votre mère, elle ne vous abandonne pas, elle est prête à vous accompagner sur de nouveaux chemins, dans les hauteurs, là où le vent de l’Esprit souffle plus fort, chassant les noirs nuages de l’indifférence, de la superficialité et du découragement.

Lorsque le monde, que Dieu aime au point de lui avoir donné son Fils Jésus, est replié sur les biens matériels, sur le succès immédiat, sur le plaisir, lorsqu’il broie les plus faibles, aidez-le à se réveiller et à tourner son regard vers l’amour, la beauté, la vérité, la justice.

Pendant un mois nous avons cheminé ensemble, avec quelques-uns d’entre vous et beaucoup d’autres qui se sont unis à nous par la prière et l’affection. Nous désirons maintenant poursuivre ce chemin dans toutes les parties du monde, là où le Seigneur nous invite à être disciples missionnaires.

L’Église et le monde ont un besoin urgent de votre enthousiasme. Faites-vous compagnons de route des plus fragiles et des plus pauvres, de tous les blessés de la vie.

Vous êtes le présent, illuminez maintenant notre avenir.

 

Afin de diffuser au mieux ce message, les pères synodaux l’ont doublé d’une vidéo:

 

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. Bernard says: novembre 2, 2018

    Maintenant il faut voir ces jeunes dans nos église, Il nous faut savoir les accueillir. Leur donner la parole au sein de nos paroisses. Et ne pas faire nous les plus âgés la fine bouche parce qu’il prient, croient différemment que nous les anciens. D’autre part il n’est pas souhaitable que l’intégrisme catholique et le fondamentaliste catholique impose ses propres vue. IL faut développer les relations intergénérationnelle dans un esprit de liaison avec les anciens et les nouveaux. Avoir la Foi c’est accepter de Dieu la mission d’être prophète entre les autres et Dieu. L’autre c’est moi et moi c’est l’autre. Un Papy de 3 fois 25 ans . En Mission Ouvrière par la JOC et maintenant l’ACO. Vivre sa Foi ce n’est pas donner au pauvre en faisant en sorte qu’ils restent pauvres. L’EGLISE doit ce relever des tourment qu’elle vie actuellement. Elle ne le pourra que si les jeunes générations agissent et vivent leur Foi partagée avec les autres. N’oublions jamais que les jeunes seront un jour des vieux. On peut avoir 75 ans et avoir un esprit de jeune même avec des rhumatismes ou de l’Arthrose .Si on vous frappe sur la joue montrer a ceux qui vous frappent la joue qui n’a pas été meurtrie et qui sourit encore. Cela désarme vos agresseurs.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !