Skip to content

2ème dimanche de l’Avent : Prophètes de l’avenir

Publié par jeunescathos le 6 décembre 2012 - Avent et Noël, Vie de l'Eglise

Pour le 2ème dimanche de l’Avent, Mgr Brunin, évêque du Havre, nous propose une catéchèse sur l’évangile du jour : Jean Baptiste prépare le chemin du Seigneur (Lc 3, 1-6).

Brueghel l'Ancien - La Prédication de Saint Jean-Baptiste

Brueghel l’Ancien – La Prédication de Saint Jean-Baptiste

Ce second dimanche de l’Avent nous replace devant la figure de Jean Baptiste, le précurseur. Nous découvrons ainsi un homme de foi, humble et en même temps radical. Jean a choisi de se tenir à distance de la société de son temps. Dans son évangile, Luc pense nécessaire d’évoquer le contexte de l’époque. Il le fait en citant le nom de personnages influents : l’empereur romain Tibère, Pilate le gouverneur de Judée, Hérode le prince de Galilée, d’autres princes et les Grands Prêtres Anne et Caïphe. Cette illustre énumération contraste avec la notification qui suit : « la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean. »

Luc nous laisse ainsi à penser que la Parole de Dieu déserte les lieux du pouvoir politique et religieux pour rejoindre un homme qui s’est résolument placé en marge, qui a choisi de vivre dans l’ascèse et la prière. C’est à Jean que Dieu adresse sa Parole et fait de lui un prophète de l’avenir. Ce ne serait donc pas dans les lieux prestigieux que l’avenir se prépare, mais à l’écart, parmi ceux qui consentent à recevoir un baptême de conversion et choisissent de vivre autrement.

« Soyez des prophètes… des messagers »

Nous-mêmes, dans quelle mesure ne pouvons-nous pas devenir des « prophètes », des « messagers capables de bâtir un avenir plein d’espérance pour toute l’humanité » ? Jean Baptiste aurait-il quelque chose à nous dire sur cette mission de prophète pour aujourd’hui ? Je le crois. Sa figure prophétique attire notre attention sur trois aspects.

  • Le prophète n’est pas tant celui qui prédit l’avenir à partir de sa propre appréhension du temps que celui qui discerne dans un aujourd’hui parfois difficile et obscur, les chemins qui ouvrent sur l’avenir. Et s’il peut les connaître, c’est parce que la Parole de Dieu l’a rejoint et a touché son cœur. Le prophète est celui qui se laisse instruire par Dieu qui lui parle.
  • Le prophète n’est jamais totalement immergé dans la mondanité. Jean a eu le courage de se mettre à distance des gens conscients de leur importance, épris de leur pouvoir et qui s’imaginaient conduire la destinée des hommes. Il ne l’a pas choisi par mépris ni par velléité de rébellion. Mais il avait compris qu’une société où tout semble bloqué, où l’avenir se décide par quelques-uns jaloux de leur pouvoir, n’a pas d’avenir à la hauteur de l’espérance que la Parole de Dieu fait lever. L’avenir ne peut se laisser découvrir que dans l’ailleurs et l’autrement. Le prophète est alors celui qui se libère du convenu indiscuté et du politiquement correct. Il cherche un espace de liberté où la Parole de Dieu pourra surgir comme indicatrice d’un autrement possible auquel nous pourrons convertir nos façons de penser et de vivre.
  • Le prophète ne se contente pas de parler. Il pose aussi des signes qui permettent aux autres de voir la nouveauté de Dieu qui fait irruption dans leur vie et dans le monde. Il est l’indicateur des chemins par lesquels l’avenir de Dieu peut nous rejoindre pour renouveler notre aujourd’hui. Il lui faudra combler les ravins, abaisser les montagnes et les collines pour rendre possibles la rencontre et la fraternité entre les hommes et les peuples. Il lui faudra préparer le chemin du Seigneur pour que se noue l’Alliance nouvelle entre Dieu et l’humanité. Alors, tout homme pourra voir le salut de Dieu !

« Nous sommes appelés aussi à devenir des prophètes de l’avenir »

Le baptême de Jésus Christ par Saint Jean-BaptisteDevenir prophète à l’image de Jean Baptiste, c’est servir le Christ et manifester que, par lui,  le Salut advient pour tout homme. C’est la mission de l’Eglise à laquelle nous sommes appelés à prendre notre part au titre de notre baptême. Nous devenons prophètes lorsque nous nous adressons aux hommes, non dans  l’apparat et les fastes des gloires humaines, mais en les rejoignant dans leurs fragilités, leurs blessures, leurs attentes et leurs espoirs pour y révéler l’espérance du salut.

Jean Baptiste a été prophète en son temps. Nous sommes appelés aussi à devenir des prophètes de l’avenir que Dieu nous garantit en Christ. Nous ne pouvons le devenir qu’en devenant des familiers et des écoutants de la Parole.C’est elle qui nous met à distance, comme au désert, pour voir et annoncer la différence portée par l’Evangile. Nous serons prophètes si nous rendons visible l’autrement d’une vie inspirée par l’Evangile. C’est une responsabilité à nourrir dans la prière et l’écoute du Christ, et à porter ensemble dans nos communautés (aumôneries, mouvements, groupes de prière, groupes en paroisse …)

Le champ de notre responsabilité prophétique est vaste et varié. Au nom de l’Evangile, nous sommes appelés à témoigner
– de la solidarité dans une société qui valorise surtout la compétitivité
– de la gratuité dans une société en recherche du profit maximum
– de la pauvreté du cœur dans une société qui promeut l’autonomie subjective
– de la chasteté et de la maîtrise de nous-mêmes dans une société fortement érotique

A chacun et chacune de nous de découvrir comment sa vie peut témoigner de l’Evangile, comment devenir révélateur de l’autrement auquel le Christ nous appelle, comment être les prophètes de l’avenir.

Mgr Jean-Luc BRUNIN, évêque du Havre

Stéphane OUZOUNOFF/CIRIC

 

+ Jean-Luc BRUNIN
Evêque du Havre

 

 

 

 

 

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !