Skip to content

Critique de films au Festival de Cannes : magique !

Publié par jeunescathos le 27 mai 2016 - A la Une, Culture & Médias

Cinéphile, Claire Keraudren, 21 ans, a participé au Festival de Cannes, en tant que rédactrice de critiques de films pour le site du Jury oecuménique. Elle revient pour nous sur son expérience de la Croisette !

Le jury monte les marches.  Photo : Daniel Béguin

Le jury monte les marches.
Photo : Daniel Béguin

Une expérience unique

Il y a presque un an, j’ai découvert le Jury œcuménique pour leur proposer une critique de film. Quelques mois plus tard, ils m’ont invitée dans l’équipe technique au Festival de Cannes, pour écrire des critiques en anglais. Cinéphile, j’ai tout de suite accepté sans vraiment y croire. Un festival aussi prestigieux, des œuvres du monde entier… trop beau pour être vrai !

L’équipe du Jury travaille dans un temple à quelques rues du Palais des Festivals, un endroit calme, avec des visites régulières du Jury et de ses rédacteurs.
J’arrivais tôt le matin en train, j’observais, je regardais des films, je proposais mon aide et on relisait mes critiques pour les publier.

festival cannes 2016

J’ai eu la chance de rencontrer des gens qui m’ont montré les meilleurs coins pour regarder la montée des marches et pour trouver les artistes après le tapis rouge, puis qui me proposaient de les accompagner à certaines séances.

En parlant d’un long métrage, on en jugeait son ambition artistique et le plaisir qu’en retirait le cinéphile.

Le choix du jury

Remise du prix à Xavier Dolan  Photos : Daniel Béguin

Remise du prix à Xavier Dolan
Photos : Daniel Béguin

Le but du Jury est de trouver une œuvre dont l’histoire touche l’humanité, dont la qualité cinématographique va marquer le septième art. Le prix du Jury 2016 a été décerné à Juste La Fin Du Monde, de Xavier Dolan. Il évoque la famille, l’amour et la solitude…

La sélection de Cannes propose des longs métrages originaux, parfois plus lents que d’autres, toujours avec quelque chose à offrir au spectateur.

Finalement, j’ai vu cinq films et un documentaire, un record que je battrais peut-être l’année prochaine ?
Café Society de Woody Allen, même s’il a choisi – je trouve – la mauvaise actrice pour son rôle principal (K. Stewart essayait, je l’applaudis, mais ça ne passait pas), c’était simple, touchant, joli à regarder et amusant.
La Danseuse de Stéphanie di Giusto, danseuse était magnifique, je ne savais pas à quoi m’attendre mais je n’allais pas bien ce jour-là, le film fait du bien au coeur, Loïe Fuller était vraiment un chef d’œuvre humain et le jeu des acteurs est impeccable.
Ma Loute de Bruno Dumont et Mal de Pierres de Nicole Garcia, j’ai beaucoup moins aimé. Ils avaient tous les deux une touche d’art et une histoire qui marque, mais le style ne m’allait pas, l’un fait burlesque et bizarre, l’autre fait artistique et simplement ennuyeux.
Money Monster de Jodie Foster, j’ai adoré, un blockbuster bien fait.
Même si je ne les ai pas tous appréciés, tous ces films étaient remarquables en qualité d’histoires et de cinématographie, tous portaient sur l’être humain.

La Croisette

A vrai dire, une fois dedans, on se sent plutôt à l’aise, « chez nous ». Le staff est charmant, tout est normal, on voit des acteurs et des films et on travaille. C’est presque décevant quelque part, parce qu’on n’a pas constamment des papillons au ventre. Mais quand on en ressort, quand tout est fini, ça nous manque. On n’attend qu’une chose : y retourner !
C’était magique, c’était un rêve devenu réalité, j’ai eu de la chance d’être accompagnée par une super équipe !

 

Claire Keraudren
Claire Keraudren, 21 ans
Journaliste freelance à l’international
https://clairekeraudren.wordpress.com/ 

 

 

 

Critiques de Claire Keraudren
Site du jury œcuménique du festival de Cannes

 

 

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !