Skip to content

L’Ile-Bouchard : 70 ans après les apparitions, pourquoi venir au sanctuaire ?

Publié par jeunescathos le 27 mars 2017 - A la Une, Événements, Vie de l'Eglise

Le 25 mars, en la solennité de l’Annonciation, le sanctuaire de L’Île-Bouchard est entré dans une année jubilaire pour fêter les 70 ans des apparitions de 1947. Le sanctuaire marial accueille souvent de jeunes familles, dont le témoignage révèle les grâces reçues par l’intercession de la Vierge Marie. 

 

L'église Saint-Gilles de l’Île-Bouchard

L’église Saint-Gilles de l’Île-Bouchard

Pour mieux comprendre… les événements de 1947

Pendant une semaine, du lundi 8 au dimanche 14 décembre 1947, une «belle dame», toujours accompagnée d’un ange, se manifeste à quatre fillettes de L’Ile-Bouchard, petit village tranquille de Touraine, à dix reprises dans l’église paroissiale Saint Gilles, lieu unique de ses visites. Elles identifient rapidement celle qui se désigne comme «leur maman du ciel» à la Vierge Marie, et l’ange, à l’ange Gabriel.

Le message de la Vierge Marie, centré sur la prière

La Vierge leur demande en priorité de prier pour la France « en grand danger », de fait ces jours-là au bord de la guerre civile. Dès le lendemain, à la surprise générale, la situation politique se détend et le chemin d’une paix nationale durable est retrouvé. Marie prie beaucoup avec les fillettes et les participants toujours plus nombreux, surtout le chapelet. Elle leur apprend à prier, renouvelant en particulier leur manière de faire le signe de croix, lentement et majestueusement. A tel point qu’elle sera plus tard invoquée dans le sanctuaire sous le titre de « Notre Dame de la Prière ». Elle insiste pour que l’on prie pour les pécheurs, présentant la croix de son chapelet à embrasser. Elle multiplie les gestes de tendresse maternelle à l’égard des fillettes, embrassant leur main, offrant la sienne à embrasser, embrassant aussi des bouquets de fleurs. Elle va promettre de « donner du bonheur dans les familles. » Elle guérit miraculeusement les yeux de l’aînée des fillettes et envoie le dimanche un vif rayon de soleil, totalement improbable ce jour-là, et visible de tous dans l’église. Les fillettes reprennent ensuite leur vie d’écolières.

Depuis ces événements, un pèlerinage s’est spontanément créé sur les lieux, en particulier tous les 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception marquant le début des événements. Le 8 décembre 2001, Mgr Vingt-Trois, alors archevêque de Tours, autorise officiellement le culte public et les pèlerinages à Notre Dame de la Prière. Dès lors, le sanctuaire connaît un grand essor, sous l’impulsion des équipes de prêtres et de laïcs de la Communauté de l’Emmanuel (avec l’aide des paroissiens fidèles) à qui la paroisse/sanctuaire est confiée depuis 1998.

Source et suite de l’entretien : Communauté de l’Emmanuel 

70ans-IB-2-L

Dans les familles, le pèlerinage a porté du fruit ! 

«Nous participons depuis plusieurs années aux sessions organisées à l’Ile Bouchard. En 2008, dès notre première session, Marie nous a comblé de ses bénédictions. A l’époque, une de nos filles connaissait des difficultés importantes et se réveillait toutes les nuits sans que nous n’ayons pu trouver une solution pour elle. Marie promet du bonheur dans les familles. Cette promesse s’est accomplie pour nous. Quelques mois après notre première session, nous avons enfin compris comment aider notre fille. Le Seigneur, par l’intercession de Marie, a guéri sa profonde blessure : son sommeil s’est apaisé et la vie de notre famille également. Nous avons alors voulu nous mettre au service des familles qui voulaient venir découvrir l’Ile Bouchard et se mettre sous le regard et la protection de Marie. Les enfants découvrent la joie de la prière en famille, les parents peuvent partager des temps entre eux. Nous sommes heureux de voir toutes ces familles qui viennent ici confier leur vie. Que ce soit pour les familles qui viennent vivre les sessions ou pour celles qui se mettent à leur service, le Seigneur fait de grandes choses, nous en sommes témoins.»

 

«Marie, à l’Ile Bouchard, a appris aux petits enfants à prier. Elle leur a enseigné le signe de croix et la récitation du chapelet : des prières simples mais profondes. Pendant les VSF (Vacances Spirituelles et Familiales) les enfants apprennent à prier, en particulier le chapelet, et en général, au bout de quelques jours, ils vont seuls à la chapelle. Bien souvent ce sont les parents, étonnés de voir leurs enfants prier ainsi, qui demandent à leur tour : « Apprenez-nous aussi à prier, apprenez-nous à prier le chapelet.»

 

«Ces vacances nous ont rapproché du Seigneur, ont apporté une dimension plus profonde à notre mariage, nous ont épanoui tous les 5 de façon exceptionnelle ! Nous vous remercions infiniment d’avoir pris en charge nos enfants. C’est la 1ère fois, depuis que nous sommes parents, que nous pouvons ainsi nous retrouver et prier vraiment !».

 

Suivez les actualités du Jubilé >> http://bit.ly/2ods0ka

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. RIFFIOD says: août 24, 2017

    Bonjour,

    Comment venir au Sanctuaire et y loger une nuit ?
    J’attends vos suggestions. Je viens de PARIS,je suis chrétienne et ma famille a compté deux carmélites.

    Je vous remercie à l’avance

    Mme RIFFIOD Isabelle-Emma

Ajoute un commentaire à RIFFIOD

Prends la parole !