Skip to content

En route vers le Synode 2018 ! Le Document Préparatoire pas à pas. #8

Publié par jeunescathos le 7 avril 2017 - A la Une, Synode 2018, Vie Consacrée, Vocations

Chaque weekend, découvrons un extrait du Document Préparatoire à la XVe Assemblée Générale ordinaire du Synode des évêques, qui se tiendra à Rome au mois d’octobre 2018. Car le thème te concerne, cher(e) lecteur/lectrice du blog ! Le voici  : « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ».

 

3. Parcours de vocation et mission

Le discernement vocationnel ne se réalise pas en un acte ponctuel, même si, dans le récit de chaque vocation, il est possible de repérer des moments ou des rencontres décisives. Comme toutes les choses importantes de la vie, le discernement d’une vocation est un processus long, qui se déroule dans le temps, durant lequel il faut continuer à veiller sur les indications par lesquelles le Seigneur précise et spécifie cette vocation, qui est absolument personnelle et unique. Le Seigneur a demandé à Abraham et à Sarah de partir, mais c’est seulement en un cheminement progressif et non dépourvu de faux pas que le mystérieux « pays que je t’indiquerai » (Gn 12, 1), annoncé au début, deviendra plus clair. Marie elle-même devient progressivement plus consciente de sa vocation grâce à la méditation des paroles qu’elle écoute et des événements qui se produisent, même ceux qu’elle ne comprend pas (cf. Lc 2, 50-51).

Le temps est fondamental pour vérifier l’orientation effective de la décision prise. Comme l’enseigne chaque page du texte biblique, il n’existe pas de vocation qui ne soit pas ordonnée à une mission accueillie avec crainte ou avec enthousiasme.

Accueillir la mission implique la disponibilité de risquer sa vie et de parcourir le chemin de la croix, sur les pas de Jésus qui, avec détermination, se mit en chemin vers Jérusalem (cf. Lc 9, 51) pour offrir sa vie pour l’humanité. Ce n’est que si la personne renonce à occuper le centre de la scène avec ses propres besoins que peut s’ouvrir un espace pour accueillir le projet de Dieu à la vie familiale, au ministère ordonné ou à la vie consacrée, ainsi que pour accomplir avec rigueur son métier et rechercher sincèrement le bien commun. En particulier dans les endroits où la culture est plus profondément marquée par l’individualisme, il faut vérifier dans quelle mesure les choix sont dictés par la recherche d’une autoréalisation narcissique et dans quelle mesure, au contraire, ils incluent la disponibilité à vivre l’existence dans la logique du don généreux de soi. C’est pourquoi le contact avec la pauvreté, la vulnérabilité et le besoin revêt une grande importance dans les parcours du discernement d’une vocation. En ce qui concerne les futurs pasteurs, il est surtout opportun d’examiner et d’encourager la croissance de la disponibilité à se laisser imprégner par l’“ odeur des brebis ”.

crédits photo : CIRIC - M.Migliorato

crédits photo : CIRIC – M.Migliorato

4. L’accompagnement

À la base du discernement, nous pouvons percevoir trois convictions, bien enracinées dans l’expérience de tout être humain relue à la lumière de la foi et de la tradition chrétienne. La première, c’est que l’Esprit de Dieu agit dans le cœur de chaque homme et de chaque femme à travers des sentiments et des désirs qui se relient à des idées, des images et des projets. En écoutant attentivement, l’être humain a la possibilité d’interpréter ces signaux. La deuxième conviction, c’est que le cœur humain, par voie de sa fragilité et du péché, se présente d’ordinaire divisé en raison de sollicitations diverses et, parfois même, opposées. La troisième conviction, c’est que, quoi qu’il en soit, le parcours de la vie impose de décider, car on ne peut pas rester indéfiniment dans l’indétermination. Mais il faut se doter des instruments pour reconnaître l’appel du Seigneur à la joie de l’amour et choisir d’y donner une réponse.

Parmi ces instruments, la tradition spirituelle met en évidence l’importance de l’accompagnement personnel. Pour accompagner une autre personne, il ne suffit pas d’étudier la théorie du discernement ; il faut faire sienne l’expérience d’interpréter les mouvements du cœur pour y reconnaître l’action de l’Esprit, dont la voix sait parler à la singularité de chacun. L’accompagnement personnel exige d’affiner continuellement sa sensibilité à la voix de l’Esprit et conduit à découvrir dans les particularités personnelles une ressource et une richesse.

Il s’agit de favoriser la relation entre la personne et le Seigneur, en collaborant ensemble pour éliminer ce qui peut l’entraver. C’est ici que réside la différence entre l’accompagnement au discernement et le soutien psychologique qui, lorsqu’il est ouvert à la transcendance, se révèle souvent aussi d’une importance fondamentale. Le psychologue soutient une personne dans les difficultés et l’aide à prendre conscience de ses fragilités et de ses potentialités ; le guide spirituel renvoie la personne au Seigneur et prépare le terrain à la rencontre avec Lui (cf. Jn 3, 29-30).

Les passages évangéliques qui racontent la rencontre de Jésus avec les personnes de son époque mettent en lumière certains éléments qui nous aident à tracer le profil idéal de celui qui accompagne un jeune dans son discernement vocationnel : le regard aimant (la vocation des premiers disciples, cf. Jn 1, 35-51) ; la parole qualifiée (l’enseignement dans la synagogue de Capharnaüm, cf. Lc 4, 32) ; la capacité de “ se faire le prochain ” (la parabole du bon Samaritain, cf. Lc 10, 25-37) ; le choix de “cheminer avec” (les disciples d’Emmaüs, cf. Lc 24, 13-35) ; le témoignage d’authenticité, sans peur de s’élever contre les préjugés les plus répandus (le lavement des pieds lors de la dernière Cène, cf. Jn 13, 1-20).

Dans cet effort d’accompagnement des jeunes générations, l’Église accueille l’appel à collaborer à la joie des jeunes plutôt que de tenter de s’emparer de leur foi (cf. 2 Co 1, 24).  Ce service s’enracine en dernier ressort dans la prière et dans la demande du don de l’Esprit qui guide et éclaire tous et chacun.

 

La suite vous sera présentée la semaine prochaine ! 

>> Retrouvez aussi les visuels sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter 

>> Ne manquez pas le Dossier Synode

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. mayck says: avril 21, 2018

    je suis a kinshasa rdc je voulais savoir pour le jeunes qui on pas de relison peuvais participer au synode.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !