Skip to content

OBJECTIF PAIX: apprendre à s’aimer…

Publié par jeunescathos le 2 décembre 2013 - Journal d'un jeune couple volontaire, Vie affective, Vocations

Partir au bout du monde après seulement quelques mois de mariage ça vous bouscule une vie de couple. Surtout quand ce bout du monde est Calcutta avec sa mousson, sa pauvreté mais aussi sa joie et son amour marqué par l’image de Mère Teresa. Deuxième épisode de notre journal d’un jeune couple de volontaire.

De Paris à Calcutta: “apprendre à servir et à mieux aimer”

B&B Calimez2On n’a pas eu besoin de débarquer à Calcutta pour être heureux ! On l’était à Paris, dans notre vie quotidienne, entouré de vrais bons amis et de familles soudées et aimantes. Notre vie de jeunes mariés était du genre enthousiasmante et bien remplie!  Pourtant on ne parvenait  pas véritablement à…décoller ! On sentait tous les deux que l’amour qui nous unissait était irrésistiblement attiré par les autres, qu’il nous était impossible de le garder pour nous. Ça a été le point de départ de l’aventure Fidesco ; le point de départ de notre mariage en fait.

On a donc quitté notre confort parisien pour Calcutta avec  l’intention  d’y  apprendre à servir et à mieux aimer.

Bertille, ma femme, pleine de vie, sensible et décidée et – Benjamin, mon mari, plutôt extraverti et passionné – formons un couple déton(n)ant…Imaginez nous dans une chambre de 5m² avec soixante  colocataires et de nouveaux loisirs : soirées chasse aux moustiques, diner  « Ils sont mieux cuits qu’à midi ces chappattis, non ? Je préférais ceux de ce matin!, « Bah t’es tombé dans la piscine ? Non j’ai juste oublié mon parapluie».

Les paris sur notre retour anticipé sont ouverts !

La grâce du mariage: “le Seigneur s’est engagé avec nous […] il ne nous a pas abandonnés en chemin !”

enfant-volontaire-indeNos missions à tous les deux sont passionnantes mais c’est surtout la découverte progressive de notre vocation de mari et de femme dont nous voulons vous parler ici.  A Paris, lorsque la cocotte-minute commençait à siffler, les échappatoires étaient nombreuses. Maintenant lorsque l’on veut prendre l’air, on n’a plus ni l’endroit, ni l’ami(e) pour aller boire un verre ou faire un tennis. Alors comment dépasser ces inévitables accrochages qui entravent notre disponibilité et notre élan ?

mère téresa enfantLa solution: le sacrement du mariage. Le Seigneur s’est engagé avec nous, il nous a guidé jusqu’ici et bonne nouvelle, il ne nous a pas abandonnés en chemin !

On a vite compris que notre couple était LA top-priorité. Pas d’Amour entre nous, pas de mission possible ! Howrah South Point regorge d’experts en amour. Ils nous montrent humblement la voie. Voici les premiers apprentissages  indiens, guidée par l’icône de Calcutta, la mère Térèse:

 « Le fruit du silence est la prière » – La disponibilité à l’autre

Quitter l’excitante vie parisienne, c’est renouer avec le silence. Pas celui de la rue malheureusement, mais celui de l’esprit. Fini le clignotant rouge du BlackBerry, les innombrables sollicitations « Quel restau ce soir ? Quel plan pour ce week-end ? Et ce foutu bilan qu’il faut que je prépare pour demain ! Ah cool il y a Pete Doherty au Bataclan le 26 mars! Allo tu vas bien?» …Silence et disponibilité… Du coup on s’ennuie ? Pas une seconde. L’inde, pays du Mahatma et de Mère Teresa est un pays propice pour découvrir les richesses de son intériorité. On découvre la joie et la nécessité d’avoir l’esprit et le cœur ouvert pour l’autre. Cette disponibilité d’esprit toute neuve nous permet notamment d’oser nos premiers pas dans la prière.

 « Le fruit de la prière est la foi »Une foi concrète à approfondir à deux

Nos amis Indiens (la plupart Hindous)  nous apprennent à voir Dieu et à s’émerveiller de sa présence. On nous dit qu’il suffit d’ouvrir les yeux ! Nous, pour le moment on voit surtout combien, sans notre foi en Sa présence, notre amour conjugal peut s’assécher insidieusement. Il s’use au gré des doutes, des efforts et des déceptions. Sans l’Amour de Dieu, le nôtre ne peut rien. Ici, on ressent profondément les bienfaits de « brancher » notre amour conjugal à Sa source intarissable. Jésus nous rapproche, nous affermit et nous unifie.

«  Le fruit de la foi est l’Amour » – Aimer, c’est accepter d’être blessé

devoir maison inde pauvretéA Howrah South Point, nos amis aiment sans compter malgré les humiliations que la rudesse de la société ne leur épargne pas. Au sein de notre couple, on se blesse aussi, souvent inconsciemment mais cela suffit à stopper net la dynamique de l’Amour et c’est la mission qui en pâtit. On n’a donc pas le choix ; on est obligé d’accepter ces petites morts et de leur donner du sens pour nous relancer. Aucun doute sur le fait que l’on ne sera jamais parfait, en revanche libre à nous de dépasser et transformer ces blessures en s’appuyant sur le sacrement du mariage et la grâce du pardon. Sans la foi, cette démarche est trop difficile ; on n’est pas câblé pour ça. Avec la foi, cet élan fait déborder notre réservoir d’Amour et on devient alors capable de mieux aimer.

 « Le fruit de l’Amour est le service » – La dynamique du service

récré enfant indeCeux qui nous entourent donnent l’impression de servir « sans forcer ». Facile les mecs! En les admirant, on s’interroge : « Le service découlerait-il naturellement de l’Amour ? ». Nous découvrons tous les deux le sens et la force du service…à notre rythme… Servir, c’est s’oublier pour porter une attention gratuite et bienveillante à l’autre. En nous décentrant à travers le service, nous rencontrons alors l’autre en vérité, sans intérêt ni concession. Le service n’est pas cette corvée inhérente au mariage (ou à la vie du catho’) qui brime un peu plus notre liberté…Au contraire, le service nous libère concrètement en nous ouvrant un chemin de paix.

 « Le fruit du service est la paix » – La confiance en l’avenir et en l’autre

défilé indépendance handicapé indeCes premiers mois de mission ont rendu notre détonante relation conjugale plus apaisée. A HSP, tous se côtoient joyeusement et paisiblement: Musulmans, hindous, cathos, autistes, sourds et muets, hyperactifs et « normaux »…Aucun cloisonnement rassurant et protecteur. Dans un pays où les tensions interreligieuses sont parfois violentes, ce « kingdom of care » est l’authentique témoignage de la force du silence, de la prière, de l’amour et du service pour construire notre paix intérieure et ainsi devenir capable de faire rayonner le message du Seigneur autour de nous.

Les chemins qui mènent à cette paix personnelle et de couple sont innombrables. On vous partage humblement le début du nôtre, mais nul doute qu’ils en existent une multitude, où que vous soyez. Encore une fois, tout chemin commence par un choix libre !

B&B

 

Découvrez les derniers articles de leur “journal d’un jeune couple de volontaire”

Aller plus loin:

Le blog de Benjamin pour suivre leur mission à Calcutta
Découvrir mère Térésa
Découvrir le mariage

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. Henri de L says: décembre 3, 2013

    Bravo pour cet article très beau et pour votre mission qui a l’air de super bien débuter!

    • Lilian says: juillet 20, 2016

      А-а-а-а! Комиксы — круто! :)Кстати, спасибо большое, за то что иА±ÑŠÑÑÐ½ÐÂÂþ» что такое Hi-Z, а то я долго вкурить не мог.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !