Skip to content

Vivre les JMJ de Panama… comme consacrée

Publié par jeunescathos le 23 janvier 2019 - A la Une, Journal d'une jeune consacrée

Alors que le Pape atterrit sur le sol panaméen, Isabelle, jeune consacrée, revient sur la particularité de ces JMJ dans sa vie !

Isabelle Garanderie

Oh, sur le papier, les JMJ de Panama seront mes 5èmes JMJ (Cologne, Madrid, Rio et Cracovie), je pourrais croire que ce grand événement n’a plus grand-chose à m’apprendre ! Pourtant, ces JMJ ont pour moi une spécificité : ce sont mes premières comme déléguée diocésaine en charge donc d’un groupe diocésain – ce n’est pas rien ! – mais surtout ce sont mes premières comme consacrée : et, cela, ce n’est pas rien non plus pour moi !

Aux JMJ de Cracovie, j’étais appelée à la consécration et dans l’équipe diocésaine mais ce n’était pas « fait », j’étais encore dans une phase de préparation profonde. Il y avait de la logistique et du spi à faire mais, somme toute, j’oscillais encore entre « jeune » et « consacrée » dans la posture. Alors, désormais, vivre les JMJ comme consacrée ?

Nous, vierges consacrées, ne sommes pas consacrées pour une mission spéciale ou dans un charisme particulier qui nous ferait forcément être ceci ou être cela : nous sommes premièrement consacrées, c’est l’essentiel, et avons à vivre notre consécration « au service de Dieu et de l’Église » (selon les Prenotenda du rituel) dans la diversité de nos charismes et de nos lieux de vie où nous avons à rayonner de Lui à qui nous avons donné librement notre vie.

Personnellement, au quotidien, je suis professeur : c’est dire que l’accompagnement et la croissance de la jeunesse me préoccupe et m’interpelle fortement. Alors, vivre ma consécration aussi au service des jeunes chrétiens me semble aussi important.

Aussi, cette fois, j’aurai aussi à vivre cette dimension de témoignage par ma vie. Beaucoup de jeunes aux JMJ sont en train de réfléchir aux grands choix de leur vie : il est heureux aussi d’être à leur côté pour témoigner qu’il est bon de donner sa vie, quelle que soit notre vocation ! Il est heureux d’être à leur côté pour répondre aussi à leurs questions et témoigner aussi que la vie consacrée, souvent méconnue, est aussi un chemin de sainteté et de bonheur. Comme consacrée, il ne s’agira donc pas forcément de faire quelque chose de novateur mais bien d’être témoin du Christ pour eux, auprès d’eux, avec eux.

13615192_866950163438208_5456012184477541717_n

Et moi, que découvrirai-je cette fois ?

 

  • A Cologne, j’ai découvert que la foi, c’était quelque chose de tellement grand que cela se vivait sur le mode universel ! Incroyable jeunesse du monde entier aimant le même Seigneur !
  • A Madrid, j’ai été saisie par une adoration silencieuse dans le flot continu et bruyant des pèlerins et par ce même silence le soir de la veillée à Cuatro vientos: dans ce silence revenait l’appel du Seigneur et un désir avivé de Lui répondre.
  • A Rio, j’ai été profondément touchée par l’accueil qui nous a été réservé dans une favela de Salvador de Bahia où les habitants donnaient tout pour nous recevoir au mieux, d’une manière magnifique. Au plus profond de moi, je conserve cette parole : « ma maison est petite mais mon cœur est grand ». Avec eux, à leur exemple, on a envie de tout donner, de tout partager et on se sent le cœur bien petit.
  • A Cracovie, j’ai appris à m’occuper d’un groupe diocésain en commençant avant tout par le porter, tous les jours et plusieurs fois par jour, dans la prière car c’est bien là l’essentiel : après, c’est Lui qui bosse !

 

Que le Seigneur me réservera-t-il en vivant les JMJ de Panama au service de l’accompagnement d’un groupe diocésain ? Je l’ignore encore mais je traverse l’Atlantique le cœur ouvert : je suis certaine qu’Il y comblera les cœurs par la prière, par les rencontres, par les échanges et par les multiples découvertes inattendues. Il nous déplacera certainement de certaines de nos certitudes et nous fera rentrer rayonnants dans notre diocèse !

IsabelleIsabelle,
jeune consacrée

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. Celine says: juillet 12, 2019

    C’est un très beau témoignage que tu as livré là Isabelle ! J’ai eu un parcours un peu similaire et ça ne m’étonnerait même que nous nous soyons croisé ! Quand étais-tu en Cracovie ?
    Article partagé !

Ajoute un commentaire

Prends la parole !