Skip to content

Paroles de jeunes aux Assises chrétiennes de l’écologie

Publié par jeunescathos le 31 août 2015 - A la Une, Ecologie, Événements, Société, Vie de l'Eglise

Du 28 au 30 août, les Assises chrétiennes de l’écologie ont rassemblé 2000 personnes autour des enjeux écologiques, climatiques, solidaires en lien avec les questions de foi, de développement, de migration. Conférences, tables-rondes, forums, spectacle, marche au programme. Nous avons rencontré des jeunes venus faire halte aux Assises pour rencontrer d’autres personnes engagées. En route vers une rentrée Laudato Si !

assises chrétiennes ecologie 2015Elise, 27 ans, orthophoniste a entendu l’annonce des Assises sur Rcf. « Dans ma famille, je suis identifiée comme l’écolo de service. Alors quand j’ai entendu qu’il y avait des rencontres d’écolo, j’ai foncé. J’ai trouvé la formule chouette : conférence, forum, rencontre, marche, spectacle. Ici au moins j’ai le sentiment que je ne crie pas dans le désert toute seule. On est super nombreux ! »

Grégoire, 25 ans, ingénieur agronome est venu en couple avec sa femme, Alexandra. Ils viennent de s’installer à Grenoble. Que va-t-il y faire? Il nous répond avec le sourire : « Chercher un boulot qui ne détruise pas la planète. »

La question du retard de l’Eglise sur ces questions l’interpelle. « L’Eglise c’est chacun de nous. Elle évolue avec son temps. La plupart des grands changements sont venus de la base et la base, c’est nous ! On est coresponsables du changement. On est tous en chemin de conversion »

Respect de soi, des autres et de la Création ça va ensemble

assises chrétiennes ecologie 2015Comment concilier approche écologique, sociétale et développement humain ? Élise reconnaît en effet que comme écolo elle a vite fait de passer pour une réfractaire au progrès. « Alors que c’est tout le contraire. Je suis pour le progrès mais pour un progrès qui humanise. On a tous un corps, on se nourrit, on ressent. Or le ressenti est souvent gommé dans nos quotidiens si on ne fait pas attention. Respect de soi, des autres et de la création ça va ensemble. »

Océane, 24 ans, travaille à l’Arche. Quand on lui parle d’une priorité donnée à l’humain dans l’Eglise, par rapport à la nature, elle réagit. « Tout est important : tenir compte de la planète et de l’autre. Ça va de pair. Aujourd’hui par exemple avec mon travail à l’Arche, j’aimerais beaucoup pouvoir cultiver la terre. Le manque de connexion à la terre me pèse. »

Enjeu spirituel et solidaire d’une démarche écologique

assises chrétiennes ecologie 2015Océane revient de 4 semaines de vacances dans des lieux engagés accompagnant des personnes en situation de fragilité. « Je suis passée par le village Emmaüs de Pau. Et j’ai repéré que le fondateur du village, Germain Sahry animait aux Assises un forum sur « Travailler autrement » alors j’y suis allée. Dans le village Emmaüs travaillent et vivent du recyclage 150 compagnons

La beauté de la nature, moteur pour agir

Tous logés dans un gîte sur les collines autour de Saint-Etienne, ils se retrouvent au petit matin du deuxième jour devant un magnifique paysage de prés ensoleillés. Avec l’assentiment de tous, Océane s’émerveille : « Le beau est indispensable pour être bien. Et la nature te l’offre sans que tu n’aies rien à demander, ça contribue au bien-être. La sobriété c’est faire plus de place pour être mieux avec les autres. »

estelle grenon

 

 

 

Estelle Grenon

 

Page Facebook des Assises Chrétiennes de l’écologie

 Lire aussi :
Assises chrétiennes de l’écologie : « Si j’aime mon Dieu, j’aime ma planète »
Les chrétiens et l’écologie : « Changeons de climat ! »
Dossier Création et écologie

Dossier COP21 sur eglise.catholique.fr

 

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !