Skip to content

Les jeunes chrétiens au Sommet citoyen pour le climat

Publié par jeunescathos le 7 décembre 2015 - A la Une, Ecologie, Engagements, Événements

Samedi 5 décembre avait lieu à Montreuil en large de la COP21 le village mondial des alternatives, où des associations comme le Secours catholique, le CCFD-Terre Solidaire ou le MRJC, étaient présentes. Le Cardinal brésilien Claudio Hummes, et différents délégués internationaux de la société civile, acteurs de la conversion écologique présents à la COP21 (Mouvement Catholique mondial pour le climat, REPAM, Scoutisme français, Fédération luthérienne mondiale…), sont venus parler aux jeunes chrétiens.

village mondial des alternatives - ccfd terre solidaire - climatAlors que le village des alternatives à mairie de Montreuil accueille joyeusement les ‘’pélerins’’ militants qui arrivent en vélo depuis Paris, les stands du CCFD-Terre solidaire, Secours catholique et MRJC se mettent en place. Quelques animations sont prévues mais déjà les jeunes sont invités à participer au twister version CCFD : il s’agit de choisir du pied gauche une ressource (soja, pétrole, coltan, uranium…), l’associer à un produit (pneu, pâte à tartiner, téléphone…), deviner le pays d’où elle vient et celui qui l’exploite. Une sensibilisation des rapports nord-sud par le jeu !

 

Disco Soupe du Secours catholique

disco soupe secours catholiquePendant ce temps, les jeunes du Secours catholique, Young Caritas, s’activent depuis très tôt le matin pour organiser une Disco Salade dans le jardin des Murs à Pêches qui accueille des personnes en réinsertion. Fruits et légumes des supermarchés invendus ou non normés, destinés à la poubelle, ont été récupérés. Chacun est invité à éplucher, découper…et déguster, tout en échangeant et partageant autour du mouvement, des initiatives et de la COP21. « Le gaspillage alimentaire est énorme, c’est choquant quand on pense qu’il y a tant de personnes qui ne mangent mal ou pas à leur faim. A travers la discosoupe, on montre qu’il y a d’autres façons possibles de consommer », explique Tidiane Cissoko. A la fin du repas, tous les déchets sont réutilisés pour le compost du jardin.

Cardinal Hummes aux jeunes chrétiens

cardinal claudio hummesPoint d’orgue de la journée, quand des invités de marque viennent parler aux jeunes chrétiens. Le Cardinal Claudio Hummes, archévêque émérite franciscain de Sao Paulo, très proche du pape François, est venu avec une délégation du REPAM (le réseau ecclésial pan-amazonien) pour sensibiliser sur la protection des populations locales d’Amazonie, très vulnérables face à la déforestation et aux projets agricoles et miniers intensifs. « Nous devons à tout prix arrêter de piller cet écosystème et de dépouiller les communautés. Face à un développement basé sur une croissance illimitée qui nécessite toujours plus de matières premières, les populations les plus pauvres sont touchées, leurs droits bafoués. Il faut agir sur les causes. C’est à vous les jeunes de prendre en main les choses pour changer le système ! », a souligné le Cardinal.

Mettre en pratique Laudato Si

Les chaussures du Cardinal Turkson, du pape François et du Cardinal Hummes sur la place de la République le 29 novembre, jour de la Marche pour le Climat annulée.

Les chaussures du Cardinal Turkson, du pape François et du Cardinal Hummes sur la place de la République le 29 novembre, jour de la Marche pour le Climat annulée.

C’est avec le Cardinal Hummes que Tomas Insua, argentin d’une trentaine d’années, a déposé les chaussures du pape François sur la place de la République, en alternative à la Marche pour le climat le 29 novembre. Engagé pour le Mouvement catholique mondial pour le climat, il nous a rappelé trois dimensions de Laudato Si que nous sommes appelés à mettre en pratique :
1. La contemplation, renouveler notre relation spirituelle à la nature
2. Une conversion de nos modes de vie
et 3. La dimension politique de l’engagement pour le climat : « Nous devons pousser nos gouvernements à prendre des mesures concrètes », a-t-il souligné.

La pétition du Mouvement catholique pour le climat, remise lors de la journée interreligieuse du 28 novembre aux politiques a recueilli près de 900 000 signatures. « Aujourd’hui, nous ne pouvons plus rester silencieux en tant que catholiques, explique-t-il. La Conférence de Paris n’est que le début, on vous attend tous », s’est-il exclamé. Et de reprendre les mots du pape François lors de son discours en Bolivie en juillet dernier : « La maison commune de nous tous est pillée, dévastée, bafouée impunément. La lâcheté dans sa défense est un grave péché. (…) S’il vous plaît, prenez grand soin de la Mère la Terre ».

Le pouvoir des jeunes

Vera, de Russie et Mathilda de Suède

Vera, de Russie et Mathilda de Suède « La Création n’est pas à vendre »

« On a parfois l’impression que les jeunes n’ont pas le pouvoir de changer les choses, relèvent Vera, de Russie et Mathilda de Suède, qui participent à la COP21 avec le groupe jeunes de la Fédération Luthérienne mondiale. Mais nous voyons quelque chose de nouveau qui apparaît depuis deux ans quand nous avons lancé le #Jeûnepourleclimat tous les 1ers du mois, en communion avec tous les sans-voix qui souffrent dans leur quotidien des conséquences des changements climatiques. C’était très beau ce 1er décembre au Bourget, juste avant le début de la COP21, de se sentir unis au-delà des différences entre chrétiens, musulmans, bouddhistes, etc. Je n’aurais jamais cru que mon engagement m’aurait mené jusqu’ici aujourd’hui à la COP21, continue Vera. Mon regard de chrétienne a changé, ‘la Création n’est pas à vendre’, nous sommes tous responsables de la Création.»

Choix de vie

jeunes chrétiens pour le climat« Nous n’avons pas de seconde planète, renchérit Angel, engagée à Alternatiba, nous devons nous décider à coopérer. Nous avons le pouvoir en main, individuellement ou collectivement, par nos choix de vie. Nous devons repenser notre modèle de société et ce à quoi on donne de la valeur : ce qu’il y a de plus précieux c’est ce qu’on n’achète pas. » « Quel monde voulons-nous laisser à nos enfants ? Cela fait 25 ans qu’on se pose la question », réagit le jésuite Xavier de Bénazé, responsable du programme Ecologie de la Plateforme and Co.

« La jeunesse sait ce qu’elle veut, affirme Fabien, délégué à la COY et à la COP pour le Scoutisme. Toute une palette d’alternatives qui existent déjà, accessibles à tous, ont été présentées. Il ne tient qu’à nous d’en faire profiter les autres. Ces nouveaux modes de vie qui viennent bouleverser nos existences créent plus de coopération, de vivre-ensemble. N’est-ce pas finalement ce qui peut nous rendre heureux ? »

L’urgence de la situation

Les jeunes dans l’assistance sont honorés par ces témoignages. Britani, 22 ans, de la JEC, réagit : « On entend parler des dérèglements climatiques, de la COP21, mais au final on n’en a pas vraiment conscience, on n’y donne pas trop d’importance. Ce qui m’a marqué, c’est vraiment l’urgence de la situation. Et de rencontrer tous ces geveillée taizé climatns qui portent cette cause, c’est impressionnant. » C’est tous ensemble que nous pourrons continuer à avancer !

Veillée de Taizé

La journée s’est terminée par une veillée de Taizé à l’église saint Ignace à Paris pour la paix et la Création. « La paix mondiale commence dans les cœurs, s’est exprimé frère Aloïs. Prendre soin de la création participe à la paix dans le monde ».

 

 

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !