Skip to content

« Choisi parce que pardonné » : 4 ans avec le Pape François !

Publié par jeunescathos le 13 mars 2017 - A la Une, Engagements, Evangélisation, Événements, Pape, Vie de l'Eglise

Il y a 4 ans, le 13 mars 2013, le cardinal Jorge Mario Bergoglio, archevêque de Buenos Aires, était élu 266e Pape de l’Eglise catholique ! Si son style détonne, ses choix pastoraux et notamment le Jubilé de la Miséricorde qu’il a voulu pour l’Eglise l’an dernier sont cohérents avec la devise qu’il s’est choisie. Cette devise, « Choisi parce que pardonné » (« miserando atque eligendo ») a quelque chose à nous dire personnellement. 

L’appel de Lévi (saint Matthieu)

Cette devise du pape François était déjà celle de l’évêque Bergoglio et il n’a pas voulu en changer. Elle est tirée d’une homélie de saint Bède le vénérable (un moine anglais du VIIème-VIIIème siècle qui est docteur de l’Eglise). Bède commente en latin l’épisode de l’appel de Lévi (saint Matthieu) dans l’Evangile (Mt 9, 9-13) : « Jésus vit un publicain et comme il le regarda avec un sentiment d’amour et le choisit, il lui dit: Suis-moi », « quia miserando atque eligendo vidit ». Cette homélie est un hommage à la miséricorde divine. Elle a revêtu une signification particulière dans la vie et dans l’itinéraire spirituel de notre Pape.

Souvent, le pape a évoqué la représentation de l’Appel de Matthieu peint par le Caravage, un tableau qu’il allait contempler dans l’église Saint-Louis-des-Français de Rome.

Souvent, le pape a évoqué la représentation de l’Appel de Matthieu peint par le Caravage, un tableau qu’il allait contempler dans l’église Saint-Louis-des-Français de Rome.

L’appel de Jorge Bergoglio à la vie religieuse

En 1953, lors de la fête de saint Matthieu, le jeune Jorge Bergoglio, âgé de 17 ans, fit l’expérience de manière toute particulière de la présence pleine d’amour de Dieu dans sa vie. Suite à une confession, il ressentit que son cœur était touché, que la miséricorde de Dieu descendait en lui. Il sentit sur lui un regard d’amour divin débordant de tendresse, et reconnut que Dieu l’appelait à la vie religieuse.

L’Écu du Pape François

Dans ses traits, essentiels, le Pape François a décidé de conserver son blason précédent, choisi depuis sa consécration épiscopale et caractérisé par une simplicité linéaire.

L’écu bleu est surmonté par les symboles de la dignité pontificale (mitre placée entre des clés décussées d’or et d’argent). En haut campe l’emblème de l’ordre de provenance du Pape, la Compagnie de Jésus: un soleil rayonnant et flamboyant chargé des lettres, en rouge, ihs, monogramme du Christ. La lettre H est surmontée d’une croix; en dessous les trois clous en noir.

En bas, on trouve l’étoile et la fleur de nard. L’étoile, dans l’antique tradition héraldique, symbolise la Vierge Marie, Mère du Christ et de l’Eglise; tandis que la fleur de nard indique saint Joseph, patron de l’Eglise universelle. Dans la tradition iconographique hispanique, en effet, saint Joseph est représenté avec une branche de nard à la main. En plaçant dans son écu ces images, le Pape a souhaité exprimer sa dévotion particulière à la Très sainte Vierge et à saint Joseph.

 

Les quatre années de pontificat du Pape François en vidéo

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Commentaires

A toi la parole.

  1. Paul says: mars 13, 2017

    « Choisi parce que pardonné », c’est une bien mauvaise traduction. « Pardonné et choisi » serait meilleur, ou alors « par miséricorde et par élection. » Mais aucun rien de cause à effet.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !